Cet article date de plus de sept ans.

Ce qu'il faut retenir de la cérémonie des Grammy Awards

Le show millimétré n'a pas réservé de grandes surprises, mais a tout de même offert quelques moments marquants aux téléspectateurs. Francetv info vous fait le résumé de la soirée si vous l'avez ratée.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Beyoncé et Jay-Z interprètent "Drunk in Love" sur la scène des 56es Grammy Awards à Los Angeles (Etats-Unis), le 26 janvier 2014. (MARIO ANZUONI / REUTERS)

La cérémonie est un incontournable pour tous les amateurs de shows à l'américaine, un passage obligé pour le monde de la musique aux Etats-Unis. L'édition 2014 des Grammy Awards s'est déroulée dimanche 26 janvier à Los Angeles (Etats-Unis).

Si vous n'avez pas veillé pour suivre la cérémonie, diffusée en pleine nuit en France, pas de panique, francetv info récapitule ce que vous avez raté.

La consécration : cinq trophées pour les Daft Punk

Lucie Chaumette - France 2

Casques vissés sur la tête, ils sont restés silencieux jusqu'au bout, sans jamais commenter leur succès. Le duo électro français Daft Punk est le grand gagnant de la soirée, avec cinq trophées récoltés, dont le prestigieux titre de meilleur album de l'année pour Random Access Memories.

Face au mutisme de ses deux comparses, avec qui il interprète Get Lucky, sacré meilleur enregistrement de l'année, Pharrell William a pris la parole sur scène. Parlant au nom des "robots", l'artiste a lancé : "Je parie que la France est très fière de ces gars maintenant."

La controverse : la victoire de Macklemore & Ryan Lewis

Le débat est passionné sur les réseaux sociaux. Macklemore & Ryan Lewis méritaient-ils autant d'attention ? Le duo a marqué la cérémonie, en raflant les trophées dans les catégories rap pour leur chanson Thrift Shop et leur album The Heist.

Mais ces victoires ont immédiatement été contestées, remarque le Huffington Post américain (en anglais). Certains estiment que les artistes auraient dû concourir dans la catégorie pop. D'autres suggèrent que Macklemore, rappeur blanc originaire de Seattle, a attiré l'attention d'électeurs des Grammy qui ne connaissaient rien au rap.

L'image : les 33 mariages célébrés par Queen Latifah

Macklemore & Ryan Lewis ont en tout cas assurément participé au moment le plus mémorable de la soirée. Pendant qu'ils interprétaient sur scène leur hymne rap à la reconnaissance des couples homosexuels, Same Love, Queen Latifah a marié 33 couples homos et hétéros dans la salle, avant d'être rejointe sur scène par Madonna.

Le magazine spécialisé Variety (en anglais) voit là un "engagement politique remarquable" de la part des organisateurs des Grammy Awards. La cérémonie est le symbole que "tous les couples peuvent prétendre aux mêmes droits", a expliqué Ryan Lewis au New York Times (en anglais).

La fausse joie : Taylor Swift et son entourage

Pouvait-elle faire face au tsunami Daft Punk ? La chanteuse américaine Taylor Swift a apparemment espéré jusqu'au bout une possible victoire dans la catégorie album de l'année, remarque Buzzfeed (en anglais). A l'annonce des résultats, elle et son entourage ont semble-t-il cru, l'espace d'une seconde, avoir gagné, offrant aux caméras une réaction mémorable.

La chorégraphie : le "headbang" de Taylor Swift

Pas forcément connue pour sa rock'n'roll attitude, Taylor Swift a pourtant donné de sa personne sur la scène des Grammy, avec un "headbang" des plus remarqués. On vous laisse apprécier.

Le moment glamour : quand Jay-Z s'agrippe au postérieur de Beyoncé

Ambiance "cabaret sexy" sur la scène des Grammy, estime la chaîne musicale MTV, qui a retenu la prestation du couple Beyoncé et Jay-Z sur le titre Drunk in Love.

"Cette voix, ces paillettes, ces cuisses… ces fesses, s'enthousiasme le magazine Elle à propos de la chanteuse. Pas étonnant que son mari Jay-Z n'ait pas pu s'empêcher de les toucher." L'artiste n'a en effet pas hésité à tâter le postérieur de sa compagne au cours de la performance.

Le look : le chapeau de Pharrell

Pharrell Williams et sa femme arrivent aux 56es Grammy Awards à Los Angeles (Etats-Unis), le 26 janvier 2014. (DANNY MOLOSHOK / REUTERS)

Le couvre-chef était pour le moins imposant, du genre à ne pas passer inaperçu sur scène ou sur le tapis rouge. Si tel était l'objectif de Pharrell Williams, il a réussi son coup en portant un énorme chapeau. Un look qui a immédiatement été abondamment commenté, note la chaîne NBC (en anglais).

Sur Twitter, l'accessoire a été comparé au chapeau de sorcier de Harry Potter ou encore au couvre-chef porté par la police montée canadienne. Le "chapeau de Pharrell" a même déjà son compte sur le réseau social, avec plus de 12 000 abonnés.

 

Bonus : Daft Punk, Pharell Williams, Stevie Wonder et Nile Rodgers réunis sur scène

Pour fêter son succès, le duo électro français a interprété Get Lucky avec le chanteur Pharrell Williams et Stevie Wonder. Le public était debout. L'ancien Beatles Paul McCartney, la veuve de John Lennon, Yoko Ono, Katy Perry ou encore Taylor Swift n'ont pas boudé leur plaisir.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Musique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.