Vidéo Regardez Bruce Springsteen jouer "Jersey Girl" au concert confiné de charité pour le New Jersey

Le Boss a joué hier avec d'autres personnalités à un concert de charité confiné pour venir en aide au New Jersey, sa terre natale, particulièrement frappé par la pandémie de coronavirus.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Bruce Springsteen sur scène au Madison Square Garden de New York (Etats-Unis), le 24 novembre 2019 pour le concert Stand Up For Heroes. (MIKE COPPOLA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Avec New York, l’Etat du New Jersey est l’un des plus touchés aux Etats-Unis par la pandémie de coronavirus. Jersey 4 Jersey, un événement confiné en live streaming afin de réunir des fonds pour le New Jersey Pandemic Relief Fund, qui vient en aide aux soignants et aux plus vulnérables, s’est tenu mercredi 22 avril.

Une quinzaine d’artistes, acteurs, humoristes, chanteurs et musiciens avaient répondu présent, dont SZA, Jon Bon Jovi, Tony Bennett et Bruce Springsteen, tous originaires ou résidents du New Jersey. Le Boss a interprété depuis chez lui deux chansons en compagnie de son épouse Patti Scialfa.

Bruce Springsteen joue Land of Hope and dreams puis Jersey Girl (à 4:07)


"Nous sommes ici ce soir en hommage à nos soignants et à ceux qui ont perdu des proches ainsi qu’à ceux qui souffrent et meurent de ce terrible virus dans notre cher Etat", a déclaré le Boss au tout début du concert. Il a ensuite interprété Land of Hope and Dreams, une de ses chansons sur le pouvoir de résilience sortie en 1999.

Plus tard dans la soirée, il a joué, toujours avec son épouse, une reprise de Jersey Girl de Tom Waits (1980). Une chanson dont sont familiers les fans du Boss puisqu’il l’avait reprise dès 1984 avec le E-Street Band en face B du single Cover Me et qu’il l’a souvent jouée en concert depuis.

Le Boss fait aussi animateur radio en temps de confinement

Le 8 avril dernier, Bruce Springsteen s'est transformé en animateur radio le temps d'une matinée sur la radio en ligne Sirius XM pour "tenter d'illuminer la journée" de ses fans en temps de confinement. Durant une heure trente, depuis sa ferme de Colts Neck (New Jersey), l’endurant musicien a passé quelques-uns de ses disques préférés  - ceux de Roy Orbison, Sam Cook, Don Henley, Bob Dylan et Wyclef Jean, entre autres - tout en livrant ses réflexions sur la crise sanitaire mondiale. Hélas, l'émission n'est plus disponible. Mais il en reste quelques extraits.

Pour introduire Better Times Are Coming, il avait dit "croire profondément à un amour qui grandit, un besoin d’être ensemble que l’on peut observer avec les gens sortant à leurs balcons pour applaudir tous les soignants qui sont en première ligne jour après jour. Leur courage, c’est vraiment quelque chose que je n’avais jamais vu."

"Il y a une chose dont je suis sûr, c’est que quand tout cela sera terminé, le monde ne sera plus le même. Nous allons tous souffrir de stress post-traumatique. Et il va se passer du temps avant que les gens se refassent confiance les uns les autres, avant qu’ils redeviennent proches et se rassemblent pour des évènements", avait-il regretté avant de passer End of the innocence de Don Henley


Que lui manque-t-il ? Les hot-dogs et les bières...

"Si vous n’êtes pas à la maison avec vos proches, si vous êtes seuls, ce n’est pas si mal. J’ai été seul dans une pièce pendant 30 ans. Et j’aimais bien ça !", avait rigolé Springsteen (dans l'extrait ci-dessus). "En fait, qu’est-ce qui vous manque ? Moi il me manque les hot-dogs et les promenades le long de Beach Port et Asbury Park, commander des bières dans les bars, boire avec des amis. Le baseball me manque aussi, je ne suis pourtant pas un fanatique de sports mais je sais que quand ce sera terminé, j’irai voir un match de baseball." Puis il avait envoyé sur les ondes 3rd BaseDodger Stadium de Ry Cooder.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.