Ventes aux enchères, salons, événements... "La culture sneakers est en passe d'exploser"

La récente vente record d'une Moon Shoe Nike de 1972 illustre la montée en puissance de nouveaux marchés auprès d'une nouvelle génération d'amateurs. La sneaker est un phénomène de société mondial, qui concerne tous les publics.

Le modèle Moon Shoe, signé Nike en 1972, a enregistré un record lors de sa vente aux enchères chez Sotheby\'s en juillet 2019.
Le modèle Moon Shoe, signé Nike en 1972, a enregistré un record lors de sa vente aux enchères chez Sotheby's en juillet 2019. (TED SHAFFREY/AP/SIPA / SIPA)

Une des premières paires de chaussures de sport produites par l'équipementier américain Nike a été vendue le 23 juillet pour 437.500 dollars lors d'enchères en ligne organisées par Sotheby's, un record mondial pour des sneakers. L'acquéreur, Miles Nadal, souhaite l'exposer dans son musée privé de Toronto, le Dare to Dream Automobile Museum.

La Moon Shoe était destinée à des concurrents des sélections américaines d'athlétisme pour les Jeux Olympiques de 1972. Cette paire - la seule parmi les 12 exemplaires connus qui n'ait jamais été portée - était estimée entre 110.000 et 160.000 dollars. Le précédent record date de 2017 pour une Converse Fastbreak portée par la star américaine du basketball Michael Jordan lors de la finale olympique de 1984 à Los Angeles, adjugée à 190.373 dollars lors d'enchères de la maison SCP Auction.

La Moon Shoe née dans un moule à gaufre

Selon la légende, l'entraîneur américain d'athlétisme Bill Bowerman, co-fondateur de Nike, aurait eu l'idée de la semelle en coulant du caoutchouc dans la machine à gaufre de son épouse. La Moon Shoe doit son nom à la ressemblance entre les traces laissées par cette nouvelle chaussure et les empreintes des astronautes américains sur la Lune.

La Moon Shoe faisait partie d'un lot de 100 paires proposé lors de cette vente, en partenariat avec le site spécialisé Stadium Goods. Miles Nadal avait acquis les 99 autres la semaine dernière pour 850.000 dollars, un record pour une collection de baskets. L'entrepreneur canadien souhaitait également acquérir la Moon Shoe mais son propriétaire avait préféré attendre la fin de la vente. 

Une paire de sneakers vendue chez Sotheby’s & Stadium Goods à New York en juillet 2019, achetée par l\'entrepreneur canadien Miles Nadal
Une paire de sneakers vendue chez Sotheby’s & Stadium Goods à New York en juillet 2019, achetée par l'entrepreneur canadien Miles Nadal (ANTHONY BEHAR/SIPA USA/SIPA / SIPA USA)

De nouveaux marchés pour les collectionneurs

L'explosion de la sneakers accompagne l'émergence de nouveaux marché pour les collectionneurs : planches de skateboard, premiers ordinateurs...

Historiquement, les ventes de ces chaussures concernaient surtout des modèles portées par des sportifs mais l'explosion des baskets de collection - qui sont souvent neuves et pas forcément destinées à être portées - a largement supplanté le marché de niche de celles utilisées en compétition.

"Je pense que la culture sneakers est en passe d'exploser", a déclaré l'acquéreur Miles Nadal.

Un premier sommet dédié à la sneakers à Paris en novembre

Si la basket a d'abord été créée pour la pratique du sport et pour ses performances techniques, elle a très vite évolué en accessoire de mode. Depuis les évènements parisiens se multiplient : après le salon Sneakers Event en mai dernier, l'association Son of Sneakers organise la première édition du Sneakers Summit les 16 et 17 novembre prochain. Ce premier sommet français de la culture sneakers mettra en lumière l'impact social et culturel des sneakers dans notre société au travers de la mode, du sport, de l'art, du cinéma et de la musique.

Le thème de ce premier sommet : la place de la chaussure dans le domaine cinématographique. Acteurs, réalisateurs, personnages de fiction ont permis à la basket de passer de produit de consommation à objet populaire, avant de devenir iconiques à travers l'histoire du cinéma et de la télévision : Les blancs ne savent pas sauter et Nike, Aliens et Reebok, Le Flic de Beverly Hills et Adidas, Beat Street et Puma, Game Of Death et Onitsuka...

Lors de cet événement, les sneakers addicts et les cinéphiles pourront découvrir de jeunes talents (créateurs, marques, artistes). Chaque stand fera référence à un film, une série ou un personnage ayant marqué la culture sneakers et le cinéma.

Trente films et séries seront présentés et des intervenants échangeront sur l’histoire de la culture sneakers, ses fondements, ses anecdotes dans le cinéma et dans notre quotidien. Enfin, la marque Courir lancera un prix à destination du public. Il s'agira d'imaginer des sneakers femme inédites sous la forme de croquis, dessins ou graphismes en lien avec la thématique de cet événement : "les baskets de la rue au grand écran".