Ils s'inspirent des ouvriers du textile pour dessiner leurs vêtements : Paul Boulenger et Kim Hou sont les talents émergents des Grands Prix de la Création 2021

Avec la marque About A Worker, Paul Boulenger et Kim Hou redonnent de la valeur au travail des ouvriers du textile. Le duo de créateurs explique en quoi l'obtention du prix Talent Émergent va les aider à se développer en 2021

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Kim Hou et Paul Boulenger, les créateurs de la marque About A Worker  (Matthieu Gauchet)

Dans le cadre du soutien de Paris aux métiers de création, les Grands Prix de la Création de la Ville de Paris, récompensent des professionnels dans les secteurs des métiers d’art, de la mode et du design. Pour la créatrice de mode Sakina M’Sa, qui a présidé le jury mode en décembre 2020, ce "Prix Talent émergent associe mode et projet social".

Mettre l'humain en lumière 

En 2011, Kim Hou, qui suit un cursus de design, et Paul Boulenger, avec un profil école de commerce, se lient d’amitié lors d’un échange étudiant à Londres. Ils suivent différents chemins mais se recroisent ensuite à Bruxelles. Paul tombe amoureux d’un bleu (ndlr : de travail) datant de 1910 et Kim le convainc de l’acheter, persuadée qu’il s’agit d’un essentiel dont elle fera d’ailleurs un projet de fin d’étude. C’est le germe de l’aventure About A Worker qui se concrétise en 2017 quand, ensemble, ils décident de confier la conception de vêtements aux ouvriers d’usines textiles, trop souvent invisibles. "Personne ne donne la parole à ceux qui fabriquent les vêtements, explique Paul. Nous les remettons au centre de la réflexion sur la mode". 

La première collaboration avec un atelier d’insertion de Saint-Denis est un succès qui en entraîne d’autres : travail avec les femmes d’un atelier de couture dans une prison de Venise, capsule avec les manutentionnaires de La Redoute, ligne imaginée avec cinq femmes ayant été licenciées d’une usine textile à Shenzhen en Chine. About A Worker met en place des outils pour aider ceux qui n’ont pas l’habitude d’être consultés : les instruments sont adaptés selon les contextes afin de développer des tenues podiums, pièces uniques parfois achetées par des musées, et du prêt-à-porter plus abordable avec cette volonté de mettre l’humain dans la lumière.

Collection capsule About A Worker avec les manutentionnaires de La Redoute. 2020 (Lou Matheron)

Franceinfo culture : En quoi l’obtention de ce prix va-t-il permettre de nouveaux développements à votre marque ?

Paul Boulenger et Kim HouNous sommes très émus d’avoir été élus Talent Émergent des Grands Prix de la Création de la Ville de Paris. C’est une récompense exceptionnelle qui valorise notre démarche artistique et notre système collaboratif. Ce prix est aussi une récompense qui met en lumière les invisibles de la mode, leur vision de l’industrie, et leur travail. Grâce à lui, nous allons continuer à développer des projets avec des "workers" en France et à l’étranger, afin que l’industrie de la mode se transforme de manière plus juste et inclusive : en tenant compte des opinions de tous.

Ce prix va aussi nous permettre de développer la ligne WRKR, un vestiaire intemporel inspiré des uniformes ouvriers à travers le monde. WRKR sera une nouvelle page blanche pour nos collaborations avec des workers et un support d’expérimentation qui valorisera des systèmes de production textile innovant. Enfin, ce prix (doté de 18 000 euros, ndlr) va nous donner la possibilité d’agrandir l’équipe. Il est important de s’entourer de personnes complémentaires et expertes dans leur domaine afin de faire évoluer notre studio.

Ligne About A Worker Shenzhen imaginée avec cinq femmes ayant été licenciées d’une usine textile à Shenzhen en Chine. Bi-City Biennale 2019 (About A Worker)

Quelles répercussions a eu la crise sanitaire de 2020 sur votre travail ?
2020 a été une année pleine d’imprévus mais aussi de belles surprises ! La crise a forcément eu un impact important sur notre travail et notre quotidien. Certaines collaborations créatives ont inévitablement dû être annulées. Mais nous avons aussi eu la chance d'être soutenus par des institutions et acteurs culturels qui nous ont permis de développer de nouveaux projets malgré les restrictions actuelles. Nous leur en sommes extrêmement reconnaissants. L’industrie de la mode et plus généralement les industries créatives sont éprouvées par les mesures de protection sanitaires. Quel sera le futur de la création dans un monde où l’interaction sociale se limite à celle des réseaux sociaux ? La valeur de la culture et du monde physique doit absolument être reconsidérée et réinventée.

Comment envisagez-vous l'année 2021, des changements ?
Malgré la crise qui continue, nous avons de beaux projets à venir, en France et à l’étranger. Nous préparons de nouvelles expositions et collaborations ; notamment en Charente avec la Fondation Martell et les artisans du dernier atelier de chaussons français Atelier Charentaises. Des changements, il y en aura à coup sûr dans l’industrie. Il est temps de réfléchir avant d’agir, et d’imaginer de nouvelles manières de travailler, de nous réunir et de nous exprimer en cette période aussi mouvementée.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.