Cet article date de plus de cinq ans.

Mort de Sonia Rykiel : "Une des premières à mélanger les genres"

Sonia Rykiel, fondatrice de la maison de couture du même nom, est décédée ce jeudi à Paris à l'âge de 86 ans. La styliste et directrice des études à l'Institut français de la mode (IFM) lui rend hommage.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Sonia Rykiel et ses créations en octobre 2000 (B. PELLERIN / MAXPPP)

Sonia Rykiel, fondatrice de la maison de couture du même nom, est décédée ce jeudi à Paris des suites de la maladie de Parkinson. Elle avait 86 ans. "C'est une grande dame de la mode qui disparaît", a réagi sur franceinfo Patricia Romatet, styliste, professeur et directrice d'étude à l'Institut français de la mode (IFM).

Quelle place tenait Sonia Rykiel dans la mode française ?

C’est une grande de la mode qui disparaît. Elle est intervenue dans les années 70, c’était alors une femme créatrice. Aujourd’hui, il y en a beaucoup, mais à l’époque c’était quelque chose de fort. Et elle a défendu une forme de féminité, de séduction heureuse, avec de l’humour, de la légèreté. C’est aussi une femme qui a incarné la Parisienne et la Parisienne de la rive-gauche. Et une Parisienne cultivée, éclectique dans ses choix. C’est ce qu’elle a défendu.  

Quelle pièce retenez-vous dans ses créations ?

Elle a été la femme de la maille, la "reine du tricot", le pull… On peut aussi dire d’une certaine manière qu’elle a aussi été une des premières à mélanger les genres et à introduire un peu le sport dans un vestiaire quotidien avec ses jogging en velours. Elle l’a fait avant tout le monde.

Pourquoi le pull était-il une de ses pièces favorites ?

C’était pour elle une vraie passion. Elle a montré à toutes les femmes qu’avec le pull et la maille, on pouvait être tout à libre et que c’était très confortable à porter. Et elle a su apporter de la création, de la sophistication à un produit qui est maintenant un fondement du vestiaire. 

A-t-elle contribué à une forme d’émancipation des femmes ?

C’est sûr, dans les produits mais aussi dans le ton qu’elle a donné.

Il y a deux dimensions. Les éléments du vestiaire très faciles à porter et ses engagements sur le rôle de la femme, sur son indépendance et sa façon d’être maître de sa séduction.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Mode

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.