Les accessoires, ces essentiels qui dopent la silhouette de l'hiver 2016-17

En même temps que sa collection, le créateur dévoile ses nouvelles lignes d'accessoires, fruit de véritables enjeux commerciaux. Revue en images des sacs, bijoux, bonnets et ceintures... présents sur les podiums de la Paris Fashion Week pour l'automne-hiver 2016-17. Des pièces, incontournables, qui signent la silhouette !

PATRICK KOVARIK / AFP
110
BERTRAND GUAY / AFP
210
La collection de Lanvin, la première depuis le départ fin octobre 2015 d'Alber Elbaz après 14 ans à la direction artistique de la maison, a été réalisée par le studio de création.  PATRICK KOVARIK / AFP
310
FRANCOIS GUILLOT / AFP
410
Les années 1980 planent sur la collection de Véronique Leroy. L'heure est au glamour qui brille : les boucles d'oreille sont imposantes, les ceintures larges et dorées. Les shorts se portent avec des collants en maille légère et ajourée. La silhouette est allongée par des cols roulés ou des foulards noués autour du cou et des bottines blanches à talons. Accessoire indispensable du vestiaire : des chaînes, reliées à un sac et qui s'attachent à la ceinture façon biker. Autre clin d'oeil à l'univers de la route : les photographies d'automobiles imprimées sur les robes, jupes et pantalons. PATRICK KOVARIK / AFP
510
Donner du volume au corps sans le démesurer avec des vestes en jean passant du simple au triple boutonnage. Le jean est mixé à du crêpe fluide ou des sequins dorés. On retrouve ces sequins sur des boucles d’oreille géantes qui apportent de l’éclat au plus simple des looks. Enfin, des surjupes en laine légère, en rayure tennis et en denim deviennent des ceintures oversize, serrant le volume des robes et des chemises à la taille.MARTIN BUREAU / AFP
610
BERTRAND GUAY / AFP
710
Elie Saab, connu pour son univers de princesses orientales, s'est inspiré de "l'attitude bohème" avec des silhouettes de gitanes. Cette Carmen du XXIe siècle porte une robe noire à grosses fleurs rouges, sous un blouson en cuir perfecto ou une robe carmin décolletée, à manches fluides et très longues. Les robes couvertes de dentelles et de volants se déclinent en noir ou violet. Très présentes également, la fourrure et les fines franges. Les pois sont un motif récurrent, sous forme d'imprimés, de dentelles ou de perles multicolores recouvrant une légère robe à cape marine ou une blouse ceinturée.FRANCOIS GUILLOT / AFP
810
Le défilé Saint Laurent s'est tenu à l'ancienne dans les nouveaux salons de couture de la maison, pour une collection signée Hedi Slimane très glam-rock et années 80. Les 42 modèles sont égrénés par Bénédicte de Ginestous, qui le faisait au temps des défilés de haute couture d'Yves Saint Laurent entre 1977 et 2002. Défilent des silhouettes très eighties, avec des épaulettes géantes, des minijupes, des noeuds et des volants géants ainsi que des ceintures, larges. Les hauts sont souvent asymétriques, avec une seule bretelle. Les jupes sont droites ou "suspendues". Le cuir et les paillettes, le lamé et les étoiles, éléments du vocabulaire d'Hedi Slimane, connu pour son esthétique rock, sont présents. Le D.A. avait fait défiler la première partie de sa collection femme en même temps que l'homme le 10 février au Hollywood Palladium à Los Angeles, où il vit.MARTIN BUREAU / AFP
910
MARTIN BUREAU / AFP
1010
Les asymétries sont reines chez Jacquemus, dont le défilé était rythmé par un enchaînement de morceaux de musique brusquement interrompus. L'effet de surprise produit faisait écho aux détails insolites de la collection avec des petits hauts aux bretelles qui montent au-dessus des épaules, un motif de serviette de table revient régulièrement, sur une ceinture ou sur un manteau. La veste de costume masculin connaît diverses métamorphoses : manches démesurément longues, épaules carrées à outrance. PATRICK KOVARIK / AFP