La broderie marocaine, une invitation au voyage

Répandue à part égale dans le vêtement et le mobilier, la broderie marocaine n’a pas manqué d’attirer la curiosité des artistes voyageurs, des ethnologues, des historiens de l’art. Dans le même temps, les costumes et les parures du Maghreb ont inspiré de grands couturiers européens, comme Paul Poiret, Mariano Fortuny, Jeanne Lanvin. Périodiquement, les broderies de Fès, de Rabat, de Tétouan investissent la mode occidentale et font revivre par petites touches les charmes oubliés de l’orientalisme. Mais cette interrogation du patrimoine textile de l’Afrique du Nord portée tout au long du XXe siècle par les stylistes étrangers, et qui culmine avec le travail d’Yves Saint Laurent dans les années 80, a peu de chose à voir avec ce qu’elle suscite actuellement au Maroc en termes de création.

11
Cet ouvrage est consacré aux broderies citadines. "Découvrir ces broderies, c’est franchir le seuil de l’habitat, c’est pénétrer dans l’intimité d’une famille, partager son art de vivre et ses coutumes" explique-t-elle. C’est aussi une invitation à voyager dans le temps et l’espace, car la broderie, qui n’a pas cessé d’évoluer, a suivi toutes les mutations du Maroc. DR