Cet article date de plus de trois ans.

En images Sept créateurs de mode expliquent les raisons qui les ont poussés à imaginer des masques, bien avant la pandémie de Covid-19

Article rédigé par Corinne Jeammet
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min

Depuis de nombreuses années, les créateurs de mode ont fait porter des masques à leurs mannequins sur les podiums de la Fashion Week. A l'époque, il n'était pas question pour eux d'évoquer une protection contre une maladie

Face au manque de masques à usage non sanitaire, nombreuses ont été les marques de mode solidaires qui ont réorienté leur production dans cette fabrication (Armor Lux, Salomon, Lytess, Ateliers Jean-Luc François, projet Résilience, B.Solfin, Dim, Empreinte, Dream Act). Mais bien avant cette pandémie de coronavirus, les créateurs se sont intéressés aux masques.

A l'époque, il n'était pas question pour eux d'évoquer la maladie : leurs créations, toujours très esthétiques, étant le plus souvent un symbole de protection. La preuve en images avec les créations de Ludovic Winderstan, On Aura Tout Vu, Eymeric François, Muriel Nisse pour Xuan Paris, Élisabeth de Senneville, Gall et Mirat Paris qui expliquent à Franceinfo Culture la symbolique derrière chaque masque. 

On Aura Tout Vu printemps-été 2015 (OATV)
Ludovic Winterstan par Florian SaezCouture Hiver 2015/16Masque en dentelle brodée de pierres et cristauxEn 2015, Ludovic Winterstan, inspiré par les images sombres d'un monde en dérive, avait présenté NOIR, sa première collection Couture. Chaque mannequin portait un masque entièrement brodé de cristaux. En référence aux protections que nous portons pour supporter le Monde. (Florian Saez)
Eymeric François collection couture Icone hiver 2017-2018. La signification de cette collection, était un travail sur des ICONES guerrières se protégeant à l’aide de masques coordonnés à chaque pièce. Une collection aux couleurs saturées, et aux silhouettes tranchées. De grands volumes et des fourreaux corsetés qui déifient le corps. La faune utilise depuis des siècles des protections naturelles notamment par les couleurs saturées qu’arborent certaines espèces d’animaux pour se protéger des prédateurs,Mais aussi par des carapaces de préservation, dont les masques de la collection sont la représentation sur l’humain.Un masque devenu symbole d’une protection de l’être envers le milieu extérieur, parfois hostile tant l’humain l’a lui-même dégradé (JL COULOMBEL)
Chiara Nardelli la créatrice de la marque Gall printemps-été 2019At Gall we believe that anonymity can create fear for some people while empowering and unifying others on common grounds. At the end of the day, we’re all wearing masks. These are just more obvious. défilé à rome en Italie (JUSTIN GALL)
E de Senneville masque anti pollution présenté en septembre 2015 à Pékin et à la Cop 21 en décembre 2015 et lors du défilé innovation en septembre 2016 à Avantex Le Bourget. Ce masque intégré a la veste correspond au tissu anti pollutionq ui filtre les particules de l'air créé et mis au point par Elisabeth en 2013
Crédits : Benjamin Cailleres 2016 (Crédits : Benjamin Cailleres 2016)
Mirat ParisLes masques crânes on précisément été créé lors de la collection homme 2017. Puis la collection des masques néoprène Pigalle a également été créer en 2020 mais avant le confinement. (DR)
masque Muriel Nisse pour XuanPour ce qui est du masque c’est un sujet qui m’obsède depuis longtemps. Le masque c’est l'ultime liberté celle de s’affranchir du regard des autres et de sa propre identité.Chacune de mes créations vise à réinterpréter des symboles et des images, situé au croisement de l’art, du textile artisanal, de la sculpture et de la mode, j’en extrais des pièces d’art singulières venant rompre avec le réel, interroger le désir, questionner notre logique intime, ses limites et l’expression de notre identité.Personnages mythologiques, monstres des abysses, peintures de la renaissance, éthnique futuriste, pierres semi-précieuses, costumes traditionnels, mode actuelle, broderies anciennes et contemporaines, création textile, expérimentations 3D, haute coiffure...sont autant de thèmes et d’inspirations qui jalonnent ma recherche plastique depuis 10 ans. (Thomas Dossou de chez Runway.)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.