Défilés féminins : attirée par la rigueur séductrice de Cédric Charlier

Parmi les 11 créateurs de cette 2e journée, c'est le Belge Cédric Charlier qui m'a séduite avec sa Parisienne réinventée. Le Wallon - connu pour ses coupes sophistiquées devenues sa marque de fabrique - propose une silhouette tonique d'une élégante simplicité qui "clashe" de modernité. Une pseudo rigueur qui ne manque pas de séduction !

PATRICK KOVARIK / AFP
110
La pureté des formes, l’ergonomie des pièces, l’épure de la silhouette donnent à la collection un caractère sportif contemporain. Une maille, un pantalon, un manteau. Un haut, une jupe. Une robe… l'équation vestimentaire est simplifiée. Ici, les formes réapprennent la géométrie. Côté matières, du renard monochrome, du cuir verni craquelé, du Lurex comme brossé, de la viscose d’hiver. Le jersey néoprène -double-face de laine et de coton-, les volumes amples mais toniques, les pantalons en maille sont pensés pour le mouvement et comme une seconde peau. Les imprimés obéissent à un graphisme de rayures cassées, chahutées, repris sur les plissés du soir. Les ceintures serrées, les colliers, tout comme les boots à semelles et talons blancs, injectent une modernité et un dynamisme dans les codes de l’éternel féminin. Ce dressing tonique, statutaire et confortable se décline dans des camaïeux sombres et denses de bordeaux, marine et vert, éclairés de nude. PATRICK KOVARIK / AFP
210
Dries Van Noten a proposé une foisonnante collection ultra-féminine qui fait la part belle aux broderies et imprimés. Pour les pantalons toujours amples, parfois à traîne intégrée, comme pour les robes, la fluidité et le confort sont privilégiés, déclinant notamment l'esprit de la saharienne militaire confortable et pratique. Le créateur belge propose aussi de longs manteaux damassés, d'autres auréolés de fourrures synthétiques, des pulls et blouses brodés d'or, des vestes à la taille appuyée, des jupes portefeuilles en toile de coton.PATRICK KOVARIK / AFP
310
MIGUEL MEDINA / AFP
410
Rochas a fêté son 90e anniversaire avec une collection célébrant l'élégance intemporelle de la griffe, chère à son fondateur Marcel Rochas en 1925, surnommé à l'époque "le couturier de la jeunesse" pour ses silhouettes jeunes, sportives et architecturées. Aujourd'hui, le designer italien Alessandro Dell'Acqua tire son inspiration de cet héritage, dans une ode à la féminité. Voici des robes à la taille marquée par de larges ceintures sous des manteaux fermés au cou par des noeuds à grandes boucles. Le motif de l'hiver est l'hirondelle en plein vol qui avait inspiré Marcel Rochas pour son premier défilé. Brodé ou imprimé, l'élégant oiseau se pose partout.BERTRAND GUAY / AFP
510
Guy Laroche avait lancé sa maison en 1957 avec l'idée de libérer le corps des femmes, imposant des pièces comme la robe-manteau ou la robe-chemise. Cette maison a marqué le monde de la mode en développant une esthétique masculin-féminin et en redéfinissant l’élégance à la française : précise, audacieuse, pensée pour le quotidien. Le nouveau Directeur Artistique, Adam Andrascik, figure de l’avant-garde britannique, a proposé une vision moderne parée d’une sensibilité féminine. "C'est comme un clash de deux mondes, j'ai essayé d'en faire quelque chose de beau", a résumé le créateur de 30 ans. "Nous venons d'horizons très différents, je suis Américain, il (Guy Laroche) était Français mais en même temps il était très intéressé par les idées nouvelles, et cela me parle", explique ce créateur originaire de Pennsylvanie qui vit à Londres. La collection dans laquelle il a injecté sa "touche sombre et romantique", fait une belle place aux blousons de motard, aux trenchs et jupes déconstruits, avec des panneaux découpés, des contrastes de matières et des imprimés de caractères calligraphiques asiatiques. Il. a expliqué s'être inspiré du film "The Pillow Book", de Peter Greenaway, et des calligraphies réalisées par l'héroïne japonaise sur le corps de ses amants.MIGUEL MEDINA / AFP
610
MIGUEL MEDINA / AFP
710
PIXELFORMULA/SIPA
810
PIXELFORMULA/SIPA
910
"Sport de nuit" telle est l'inspiration d'Alexis Mabille qui explique sa collection en quelques mots : "J'veux transpirer, danser. Avec ou sans toi. J'ai volé ton smoking. Je mets mon jogging. La musique m'enivre. Chemise ouverte ou robe qui colle? Chic et street. Plus aucune limite. Sport, toute la nuit!".  PATRICK KOVARIK / AFP
1010
DR