Une marque néerlandaise de vélo accuse l'Autorité de régulation de censurer un de ses spots parce qu'il jette le "discrédit" sur le secteur automobile

VanMoof, l'un des plus gros fabricants mondiaux de vélos électriques, a reçu un courrier de l'Autorité de régulation professionnelle de la publicité pour qu'il modifie son spot publicitaire avant diffusion à la télévision française.

Voisinage vélo-voiture à Nantes le 19 mai 2020
Voisinage vélo-voiture à Nantes le 19 mai 2020 (ROMAIN BOULANGER / MAXPPP)

La marque néerlandaise VanMoof laisse entendre que l'Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP) protège les intérêts de l'industrie automobile. Son spot publicitaire a pourtant été diffusé sans problème en Allemagne et aux Pays-Bas. On y voit une grosse voiture de sport. Dans les reflets de la carrosserie, on distingue une usine, des embouteillages, un accident de la route. Puis la carrosserie fond et se transforme en vélo. Morale de l'histoire : les voitures, ça pollue, c'est dangereux, optez pour la bicyclette.

Un message simple qui n'a pas plu à l'ARPP. L'autorité a envoyé un courrier au fabricant de vélo. "Certains plans présents dans les reflets de la voiture apparaissent, à notre sens, disproportionnés et jettent un discrédit sur tout le secteur de l’automobile (...) : plan d’usines/cheminées et d’accident, tout en créant un climat anxiogène. Ils devront donc être modifiés."

L'indépendance de l'ARPP questionnée

VanMoof s'interroge sur l'indépendance de l'ARPP, un organisme privé composé notamment d'agences de pub ou de diffuseurs qui peuvent difficilement se mettre à dos l'industrie automobile, secteur qui pèse 10% du marché publicitaire en France. "La décision de l'ARPP est troublante", estime le chargé de communication du fabricant de vélos, Alfa-Claude Djalo. Ça nous pousse à remettre en question la légitimité et la transparence de cette autorité".

L'ARPP répond par la voix de son président, Stéphane Martin : "C'est un grand classique d'attaquer l'indépendance que l'on a de fait et d'essayer d'obtenir de l'espace et de la médiatisation gratuite en criant à la censure". Il rappelle : "Il ne faut pas tomber dans la facilité d'un dénigrement quand on a juste à promouvoir son produit".

On ne peut se permettre de dénigrer des secteurs d'activité. C'est un grand principe de concurrence loyale.Stéphane Martin, président de l'ARPP

Quelques plans sont excessifs, conclut-il : "Parfois cette pub tombe dans un excès avec des images qui n'ont pas lieu d'être, comme ces fumées de cheminées d'usine, qui n'ont pas de rapport avec l'industrie automobile".

Extrait du spot publicitaire de la marque néerlandaise VanMoof
Extrait du spot publicitaire de la marque néerlandaise VanMoof ((VIDÉO VanMoof- CAPTURE D’ÉCRAN))

Notre message est fort, mais il n'y a aucune controverse et la pollution automobile reflète une situation à laquelle doivent faire face beaucoup de citadins.Alfa-Claude Djalo, chargé de communication de VanMoof 

VanMoof dénonce un manque de transparence. L'entreprise néerlandaise refuse de modifier ces plans, quitte à perdre les diffuseurs. Car les avis de l'ARPP sont certes consultatifs, mais ils sont très suivis par les diffuseurs. "Nous refusons de faire une version édulcorée qui répondrait aux recommandations de l'ARPP en faveur de l'industrie automobile française, assure  Alfa-Claude Djalo. Notre message est fort, mais il n'y a aucune controverse et la pollution automobile reflète une situation à laquelle doivent faire face beaucoup de citadins. Je peux comprendre que ça puisse déranger, mais ça reste une réalité."

Une pub pour le vélo censurée ? Ecoutez le reportage de Boris Loumagne
--'--
--'--