Cet article date de plus d'un an.

"Je suis à la fois artiste et ingénieure" : rencontre avec la créatrice de mode Clara Daguin, qui sculpte de lumière ses robes performances

En utilisant la lumière tel un matériau, Clara Daguin confronte haute couture et haute technologie pour une mode qui s'inscrit entre le monde physique et le digital. Etonnant
Article rédigé par Corinne Jeammet
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 8 min
Oracle, une création de Clara Daguin réalisée lors d'une collaboration avec Google en 2021 (Courtesy of Clara Daguin)

Clara Daguin, qui est née en France, mais a grandi dans la Silicon Valley en Californie, s’empare de ces deux cultures pour son travail où s’entrelacent savoir-faire et technologie, broderie et électronique, naturel et artificiel. Elle se sert de la mode pour explorer comment la technologie accompagne nos corps - digitalisation, dématérialisation, surveillance - et utilise la lumière tel un matériau. 

La créatrice, qui a créé sa marque en 2017 à l’issue de sa participation au Festival International de mode, de photographies et d'accessoires d’Hyères, collabore également avec des artistes, des chercheurs et des institutions. En janvier 2023, elle a présenté une robe confectionnée avec 400 pampilles de cristal Baccarat, une collaboration entamée en 2021 lors de l’exposition Harcourt Show.

Rencontre et explications avec la créatrice Clara Daguin.

La créatrice de mode Clara Daguin (Barnabe Moinard)

Franceinfo Culture : pourquoi s'intéresser à la technologie ? 

Clara Daguin : J'ai toujours fait de la couture depuis que je suis petite mais je ne la voyais pas comme un moyen d'expression artistique : c'était juste quelque chose que j'aimais faire. Aux Etats-Unis, où j'ai grandi, j'ai suivi un Bachelor de graphisme. J'ai choisi ce domaine car je trouvais intéressant de pouvoir utiliser plein de techniques différentes. La-bas, la première année, on peut tout expérimenter : j'ai testé la peinture, la photographie, la gravure.... J'aimais faire des logos, de l'identité visuelle, des sites internet, des choses interactives et des vidéos.

En 2010, j'ai vécu six mois en Inde : j'ai vu des artisans de mode, des matières incroyables, de la broderie, cela m'a donné envie d'acheter des matériaux et de recommencer un peu à réaliser des choses. Là-bas, j'étais embauchée par une entreprise française d'urbanisme pour créer leur site internet. Quand je suis rentrée vivre à Paris, j'ai continué avec eux mais l'artisanat et ses matériaux m'étaient restés en tête. Je me suis inscrite à un cours de stylisme de mode de la mairie de Paris et j'ai envisagé cela comme un projet artistique, créatif. J'ai, alors, fait des dessins puis une collection.

Vous avez créé votre marque à l'issue de votre participation au Festival international de mode d'Hyères

Après les cours à la mairie de Paris, j'ai postulé à l'Ecole nationale supérieure des arts décoratifs où j'ai fait un master de design/vêtements. J'avais comme professeur Elisabeth de Senneville qui était une des premières créatrices à utiliser des matières techniques, de la fibre optique... J'adorais son cours. Certains d'entre nous ont ainsi participé à un workshop avec le MIT (Massachusetts Institute of Technology) : il s'agissait de hacker des chaises Ikea avec un microprocesseur et des capteurs pour leur donner une nouvelle utilité. Là, j'ai compris que tout ce que je faisais en graphisme - le côté interactif - pouvait être appliqué à un objet. Cela m'a alors obsédée. Ma collection de diplôme était axée sur les recherches matières avec des tubes en textile pour représenter l'idée de data [données numériques], d'informatique, de technologie. J'avais commencé à intégrer de la vraie fibre optique mais cela ne marchait pas bien, c'était un premier test.

Pour le Festival de Hyères, j'ai retravaillé ma collection en intégrant une fibre optique plus souple et un peu moins de broderie. L'idée de ma collection Body Electric était que la technologie uniformise : sur mes vêtements j'ai réalisé des découpes à différents endroits. Cela permettait de voir ce qui était caché, de révéler une partie lumineuse du corps, de dévoiler un peu le côté cyborg de l'humain. 

En 2016, il y avait un foisonnement autour de la Fashion Tech, les gens étaient super intéressés et ils faisaient des choses avec des leds ou des trucs interactifs. J'ai été invitée à voyager pour présenter ma collection et à faire des conférences sur cette technologie. Je me suis dit alors qu'il y avait un réel intérêt pour ce travail et qu'il fallait continuer. En parallèle, je travaillais en free-lance en broderie dans un atelier et pendant les Fashion Weeks pour Alexander McQueen. L'année suivante, j'ai fait une deuxième collection pour le Festival de Hyères ce qui m'a permis de travailler de nouvelles pièces.

  

Un modèle de la collection Body Electric de Clara Daguin, en 2016 (SHOJI FUJII)

Vous êtes un peu touche-à-tout : au salon Première Vision, vous avez réalisé une installation interactive

En 2018, j'ai travaillé avec le salon Première Vision qui m'a proposé de créer une pièce pour le Wearable Lab dans le cadre d'une exposition où des entreprises présentaient des solutions techniques innovantes. J'avais un espace d'exposition de 100 m2 pour présenter Aura Inside, ma pièce sur mesure. En fait, c'était une robe ouverte en deux parties, le devant et le dos, à l'intérieur desquelles le visiteur pouvait se glisser. Un motif s'illuminait quand les gens rentraient dedans. L'exposition s'intitulait Reveal The Invisible

Aura, une création de Clara Daguin (Barnabe Moinard)

Ensuite, j'ai participé pendant deux saisons à Designers Appartement [incubateur-showroom organisé par la Fédération de la Couture et de la mode où la créatrice a présenté une collection de prêt-à-porter féminin, dans laquelle on retrouve les codes de la pièce expérimentale Aura Inside]. Après j'ai eu envie d'explorer, de pousser plus loin la technologie et de me recentrer sur l'expérimentation. 

Une de vos pièces a demandé 3 000 heures de travail !

En 2019, pendant la semaine de la haute couture, à la Chapelle Expiatoire à Paris, j'ai présenté Atom. Cette seule pièce avait demandé 3 000 heures de travail, en effet. Elle était accompagnée d'une bande son car elle réagissait aux différents sons. L'idée était que visuellement tout évoque les ondes sonores, avec de la broderie et des perles. Lors du Festival de Hyères, j'avais réalisé des petites broderies tandis que là le vêtement était entièrement brodé. Avec le temps, on évolue tant dans le choix des matériaux utilisés que dans la programmation. 

Atom, une création de Clara Daguin présentée à la chapelle expiatoire à Paris en 2019 (Courtsey of Clara Daguin)

De fin 2019 à l'été 2022, j'étais salariée du concept-store de Dover Street Parfums Market et j'ai fait aussi du consulting, après j'ai réalisé une robe pour l'Eurovision. 

C'était pour la chanteuse représentant le Montenegro en 2022. Comment est née cette collaboration ?

J'ai fait une robe lumineuse sur mesure. Vladana Vučinić m'a contacté sur Instagram. Elle m'a dit je veux être la chose la plus lumineuse sur scène. J'ai alors réalisé des dessins pour cette robe qui s’illumine au niveau du thorax puis derrière le corps en une sorte de halo. Ma robe réagissait aux fluctuations de la mu­sique. La pièce avait été pensée par rapport à la scénographie qui représentait un soleil cinétique.

Certaines de vos robes sont le fruit d'un partenariat avec Google ATP

En 2021, j'ai mis en scène cinq robes lumineuses interactives en partenariat avec les ingénieurs de Google ATAP (Advanced Technology and Projects). J'avais une carte blanche artistique pour intégrer la connectivité dans mes vêtements grâce à la technologie Jacquard by Google, un fil très fin et conducteur. Leur ingénieur s'occupait de la programmation et m'indiquait pour chaque modèle à quel endroit il fallait connecter le microprocesseur à la broderie.

La performance s’articulait autour d’Oracle : l'histoire d'une diseuse de bonne aventure - interprétée par la mannequin et muse Axelle Doué - qui lisait les lignes de la paume de la main de son interlocutrice de façon numérique. La technologie était brodée sous forme de fil dans les gants portés par Axelle les transformant en capteurs. Ces derniers renvoyaient les informations pour éclairer avec plus ou moins d'intensité l'une des quatre robes - inspirées des élements : eau, feu, terre et eau - de cette performance.

Elles ont même été disponibles dans l'univers virtuel grâce à la plateforme DressX

Quand j'ai fait cette collaboration avec Google, DressX [entreprise qui créée des vêtements digitaux pouvant être portés en filtre grâce à la réalité augmentée] s'est greffée sur cette collaboration et a digitalisé certaines de mes pièces pour sa plateforme. Je trouve cela super intéressant de pouvoir acheter des pièces virtuelles, digitales, adaptées à la morphologie de la personne.

Vous avez débuté en 2021 une collaboration avec Baccarat qui s'est poursuivie cette saison. 

En 2021, j'avais été invitée par Laurence Benaïm à l'exposition Hartcourt Show, une exposition de onze jeunes créateurs de mode réinterprétant l'iconique verre Harcourt. En janvier 2023, pendant la semaine de la haute couture, j'ai présenté Cosmic Danse, ma nouvelle collaboration. Là, j'ai confectionné une robe avec 400 pampilles de cristal Baccarat, lumineuses. Une toute petite Led - glissée de chaque côté de chaque pampille en cristal - illuminait la robe. C'était très upcycling !  

Quels sont vos projets ? 

J'ai un projet avec la danseuse Véronika Akopova. Cette chorégraphe fait partie des sélectionnés de la bourse Mondes nouveaux du Ministère de la Culture. Sa pièce  Murmurations sera jouée au château d'Azay-Le-Rideau, en juin prochain avec cinq danseurs ainsi que des drônes-oiseaux, puisque la danseuse évoque leur disparition. Je réalise les costumes avec des matières réfléchissantes dont les motifs reprennent des photos d'oiseaux en mouvement. 

Sinon, je prête mes robes pour les shootings photo à des magazines, ce qui fait de la visibilité. Je loue aussi certaines de mes pièces - j'ai une vingtaine de modèles - pour des concerts ou des clips vidéos. Et pour 2024, on va faire une collaboration avec La Redoute.

Vous considérez-vous comme créatrice, artiste ou ingénieure ?

Je me pose la question tous les jours. C'est un peu un mélange, artiste, créatrice et ingénieure mais j'ai toujours besoin d'un ingénieur extérieur pour écrire le code. Je fais aussi un peu de prêt-à-porter, des pièces très basiques comme des casquettes phosphorescentes et des foulards dont les motifs évoquent la lumière... disponibles sur mon site internet. Je suis créatrice de mode avec mes vêtements couture mais je peux aussi faire des objets, des collaborations et des partenariats avec d'autres maisons, me diversifier et dans cet esprit, je me sens alors plus artiste. La led évolue en devenant de plus en plus petite et forte donc cela permet d'explorer plein de choses 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.