"Fantaisiste, impertinent, tel est mon univers" : Chantal Thomass dévoile son intimité avec "Personal Dressing" à la Joyce Galerie

Rencontre avec Chantal Thomass,  la créatrice qui a bousculé les codes établis de la lingerie, la transformant en accessoire de mode à part entière. Interview intime et joyeuse.

Chantal Thomass au Palais Royal pour son exposition à la Joyce Galerie
Chantal Thomass au Palais Royal pour son exposition à la Joyce Galerie (JO ZHOU)

Avec l'exposition Personal Dressing à la galerie Joyce, Chantal Thomass livre avec humour quelques clés de son intimité. C’est une invitation à la découverte de l'univers de cette créatrice de lingerie au coeur d'un écrin qui réunit, tel un manifeste, les objets qui inspirent depuis toujours celle que l’on surnomme la "papesse des dessous chics". Un univers de séduction émouvant. 

Première créatrice à faire défiler les dessous féminins sur les podiums dans les années 1970

Chantal Thomass a bousculé les codes établis de la lingerie, la transformant en accessoire de mode à part entière. A la fin des années 90, la créatrice avait perdu l'usage de son nom et de sa marque après avoir été licenciée par ses actionnaires majoritaires, comme l'ont été aussi d'autres stylistes (comme Inès de la Fressange et Hervé L. Leroux). En 1998, elle avait trouvé un accord avec le groupe japonais World lui permettant de racheter son nom et sa marque avant de conclure une association avec Dim, filiale du groupe américain Sara Lee pour reprendre son activité. En 2011, Dim a revendu la marque Chantal Thomass au groupe Chantelle, la styliste en en conservant la direction artistique jusqu’en 2018.

La créatrice Chantal Thomass installe son exposition \"Personal Dressing\" à la Joyce Gallery à Paris, sepetmebr e2019
La créatrice Chantal Thomass installe son exposition "Personal Dressing" à la Joyce Gallery à Paris, sepetmebr e2019 (JOYCE GALLERY)

Nous avons rencontré Chantal Thomass dans son appartement, lors de la sélection des pièces qui composent l'exposition Personal Dressing à la galerie Joyce.

Franceinfo Culture : en quoi consiste cette carte blanche ? 

Chantal Thomass : Marie-Chantal Doyonnard, la directrice de la Joyce Gallery à Paris, m'a proposé à maintes reprises de faire une exposition mais je n'avais pas le temps jusqu'à présent. Là, je suis plus disponible. Pour cette carte blanche, nous avons recréé mon appartement parisien dans cette galerie installée au Palais-Royal. Les murs y sont peints en rose comme chez moi et l'on retrouve un plafond tendu de la maison Barrisol qui évoque celui de mon appartement parisien (chez elle, il représente une fresque d'anges, tandis qu'à la galerie c'est un portrait de la créatrice "Iconic for ever" accroché sur un mur de la galerie, ndlr). C'est tout mon univers qui est représenté : on a décroché tous les tableaux et photographies des murs de mon appartement pour les installer là-bas. C'est vraiment mon univers que je déplace. 

Exposition \"Chantal Thomass Personal Dressing\" à la Joyce Gallery, à Paris, en septembre 2019
Exposition "Chantal Thomass Personal Dressing" à la Joyce Gallery, à Paris, en septembre 2019 (JOYCE GALLERY)

Y sont présentées quinze tenues en grande partie du prêt-à-porter des années 80 jusqu'aux années 94. C'est une infime partie de ma garde-robe que j'ai conservé ! Il y a des robes, des tutus, un manteau gris dont le dos est orné de volants, des pannes de velours, de la crinoline, des plumes d'autruches noires et aussi un peu de lingerie. Il y aussi des accessoires, des bustes, des chaussures, des lunettes, des sacs, des chapeaux comme ce chapeau en feutrine noire qui reprend un peu la forme de ma coiffure.... ainsi que trois poupées Barbie. Outre les vêtements, il y a plein de souvenirs issus de mes archives privées : des photos de Jean-Baptiste Mondino, Christian Moser, des portraits, des dessins que m'a fait Jean-Charles de Castelbajac me représentant avec ma frange et ma bouche toute rouge. Ce sont des choses que j'aime... il y a aussi des vase en porcelaines, fruit de ma collaboration avec la manufacture de céramiques italiennes Rometti. 

Les céramiques Rometti exposées à la Joyce galerie à Paris lors de l\'exposition Chantal Thomass \"Personal dressing\"
Les céramiques Rometti exposées à la Joyce galerie à Paris lors de l'exposition Chantal Thomass "Personal dressing" (DR)

A la galerie Joyce, il y aura des objets à vendre. Ce sont des objets fétiches qui font partie de mon univers. Je les affectionne tout particulièrement mais ce n'est pas moi qui les ai créées : comme les bijoux brodés de Céleste Mogador et les manchettes et cols de Catherine Osti. Mais aussi des porcelaines de Rometti, mes parfums et mes parapluies par exemple. 

Les manchettes Catherine Osti, fétiches de la créatrice Chantal Thomass à la Joyce galerie à Paris lors de l\'exposition \"Personal dressing\"
Les manchettes Catherine Osti, fétiches de la créatrice Chantal Thomass à la Joyce galerie à Paris lors de l'exposition "Personal dressing" (DR)

Enfin, il y aura un livre sur la dentelle intitulé Le langage de la dentelle Leavers - Calais Caudry (éditions Falbalas - Made in Town) dont j'ai réalisé la préface. J'adore la dentelle : je peux rester des heures à regarder les archives des maisons de dentelle. J'aime aussi aller dans les usines. J'ai toujours été très liée avec les dentelliers de Calais, j'y suis souvent allée pour y réaliser des dessins pour mes modèles. 

Exposition \"Chantal Thomass Personal Dressing\" à la Joyce Gallery, à Paris, en septembre 2019
Exposition "Chantal Thomass Personal Dressing" à la Joyce Gallery, à Paris, en septembre 2019 (JOYCE GALLERY)

Pouvez-vous nous raconter la petite histoire derrière certains des objets exposés ?

Concernant les vêtements, il y a un grand peignoir en taffetas brodé, saumon et noir, datant de 1993 issu d'une collection inspirée de Venise. Je me souviens que lors du défilé, j'avais fait porter ce vêtement par deux mannequins. A l'époque, dans les années 90, les shows étaient de véritables spectacles. Ce peignoir fait partie de ces pièces uniques qui n'étaient pas commercialisées après le show. Ces pièces spectaculaires étaient portées par des mannequins stars. Il y a aussi un chapeau-corset réalisé en collaboration avec la maison Michel pour la marque Victoria Secret ainsi qu'un dessin de l'illustrateur Hippolyte Romain. Il représente des petites bonnes qui balayent le podium... comme sur un des mes défilés en 1985. 

Quels sont les trois mots qui qualifient cette exposition ? 

Fantaisie, impertinent et mon univers. 

Exposition \"Chantal Thomass Personal Dressing\" à la Joyce Gallery, à Paris, en septembre 2019
Exposition "Chantal Thomass Personal Dressing" à la Joyce Gallery, à Paris, en septembre 2019 (JOYCE GALLERY)

Quels sont vos projets ? des prochaines collaborations ? 

J'ai des projets principalement en décoration mais ils sont en pourparler donc je ne peux pas encore les évoquer. Les collaborations (Damart, Maisons du monde, ndlr) m'amusent car cela permet de faire quelque chose que je n'ai jamais fait. Faire quelque chose que je ne connais pas m'intéresse beaucoup surtout dans la décoration loin de la mode et des tendances qui tuent la créativité. J'ai eu la chance de vivre une époque où chaque créateur avait sa personnalité, son style, et surtout où l'on avait un respect pour les autres. Désormais les créateurs se copient entre eux car dans les écoles de marketing on leur explique qu'il faut faire ce qui marche.... tandis que nous on avait une entière liberté ! Aujourd'hui, je continue à collaborer avec mes licences de lunettes et de parapluies et je donne aussi des conférences dans les écoles.  

Autre projet, une vente aux enchères de mes archives. J'en ai déjà beaucoup données à différents musées comme le musée de la mode de Marseille ou le Palais Galliera à Paris. J'ai conservé 150 m2 de vêtements, 40 ou 50 modèles de sacs, des lunettes... Quand je regarde mes archives, vingt ans en arrière, je constate qu'à l'époque on employait des matières principalement françaises. On ne les a plus : maintenant, on trouve moins de moyenne gamme, mais essentiellement du bas de gamme ou du très cher. Cela a évolué d'une manière étonnante : dans les années 90 on pouvait s'habiller chez les créateurs avec de belles matières et une fabrication française. 

Exposition Chantal Thomass Personal Dressing jusqu'au 5 octobre 2019. Joyce Gallery. 168, Galerie de Valois. Jardin du Palais Royal. 75001 Paris. Du lundi au samedi de 10h à 19h.