Culture : en perpétuelle quête d'innovation, la mode oublie la réalité environnementale

Publié Mis à jour
Culture : en perpétuelle quête d'innovation, la mode oublie la réalité environnementale
FRANCEINFO
Article rédigé par
S. Soubane, C. Airaud, E. Sizarols, S. Malin - franceinfo
France Télévisions

Dans une course à la démesure, les grandes maisons de couture semblent parfois oublier la réalité climatique, quitte à provoquer un tollé sur les réseaux sociaux. 

Une robe vaporisée sur la peau nue de Bella Hadid, une des plus célèbres mannequins au monde. Des fibres apparaissent et se solidifient. Un tissu liquide, c’est le défi de la mode lancé à la science. Une robe vient de naître devant l’objectif des téléphones portables et sous la main experte et pour le moins novatrice des designers Sébastien Meyer et Arnaud Vaillant. Ça se passe à la toute fin du défilé Coperni dans la Salle des Textiles du Musée des Arts et Métiers à Paris. L'événement devient viral sur les réseaux sociaux.

Une quête du sensationnel

Le défi de l'innovation continue se fait parfois au détriment de l'environnement. Toujours en quête de coup d’éclat, la mode ne se refuse rien comme des défilés dans un stade devant 8 000 personnes pour Balmain ou alors au sein de la bourse de Wall Street pour Balenciaga. Mais cette quête du sensationnel pousse parfois les maisons de couture à franchir les limites. En juillet 2022, Yves Saint-Laurent défile dans le désert marocain. Jets privés, climatisation et éclairage, tout est réuni pour déclencher un tollé sur le net. Derrière cette recherche du sensationnalisme, les enjeux économiques sont énormes. La Paris Fashion Week génère à elle seule 10 milliards d’euros de transaction commerciale chaque année.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.