Au festival de Hyères, la mode écoresponsable sur le devant du podium

Pour la première fois, l'écoresponsabilité est récompensée avec un nouveau prix, cette année au festival de Hyères, le plus ancien des concours de mode destiné aux jeunes professionnels du monde entier. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Préparatifs pendant le festival de Hyères, à la villa Noailles, le 15 octobre 2021.  (VALERIE LE PARC / MAXPPP)

C'est le plus célèbre des chausseurs, mais pour la 36e édition du Festival international de mode, de photographie et d'accessoires de Hyères qui se déroule du 14 au 17 octobre à la villa Noailles, Christian Louboutin est président de jury pour les accessoires. C'est le plus ancien des concours de mode destiné aux jeunes professionnels du monde entier. Cette année, le créateur est un peu surpris. Le monde de la mode semble avoir intégré un nouveau mot : écoresponsabilité.

L'exposition du président de jury Christian louboutin au festival de la mode de Hyères, le 15 octobre 2021.  (SOPHIE AUVIGNE / FRANCE-INFO)

"Même-moi je me sens très responsable, assure Christian Louboutin, si je le vois sur moi je peux le voir sur beaucoup de monde, parce que je suis la personne la plus enfantine. Je pense aussi que la pandémie nous a donné une forme d'alerte."

"À travers tout le travail des lauréats, il y a vraiment une responsabilité que je n'ai pas vue depuis longtemps. Ça passe par le recyclage, de temps en temps c'est plutôt utiliser des matières innovantes et responsables. Je ne pense pas que ce soit une mode, c'est une lame de fond qui s'est installée."

Christian Louboutin, créateur de mode et président du jury pour les accessoires au festival de Hyères

à franceinfo

Emma Bruschi, lauréate 2020 du Prix Chanel des Métiers d'art au festival de Hyères, le 15 octobre 2021. (SOPHIE AUVIGNE / FRANCE-INFO)

La préservation de l'environnement donne une direction à Emma Bruschi, jeune designer de mode, lauréate l'an dernier du Prix pour les Métiers d'art Chanel. La mode est polluante, elle le sait et c'est pourquoi elle veut travailler autrement. "J'essaye de ne pas du tout être dans le système classique", explique la jeune créatrice, j'essaye de travailler de la plante au produit final". Emma Bruschi travaille surtout le seigle. "Depuis l'année dernière j'ai commencé à planter avec ma famille d'agriculteurs, on a récolté cet été, se réjouit-elle. Cela donne une grande tige qui mesure presque deux mètres. "Je vais la transformer pour arriver à une cordelette toute fine pour faire des accessoires, des chapeaux, poursuit Emma Bruschi, je peux le tricoter, le broder, le crocheter. Plus on fait quelque chose avec ses mains, plus on y est attaché, plus on est fier de ce qu'on a fait. "

Travail du seigle d'Emma Bruschi, lauréate du Prix Chanel des Métiers d'art 2020 au festival de la mode de Hyères, le 15 octobre 2021. (SOPHIE AUVIGNE / FRANCE-INFO)


De plus en plus de créateurs renoncent à la fourrure et aux matières plastiques. Que reste-t-il ? "Aujourd'hui, il existe des versions écoresponsables à peu près de toutes les matières premières, répond Gilles Lassebordes, directeur général des grands salons de tissus Première Vision, la version recyclée du polyester, du polyamide. Le coton existe en culture biologique ou éthique. Vous avez de la laine issue d'élèvages qui ont des certificats pour le bien-être animal. Donc les ingrédients sont disponibles." 50% des tissus proposés aujourd'hui sont écoresponsables contre quelques pour cents seulement il y a cinq ans. 

Au festival de Hyères, la mode écoresponsable sur le devant du podium : le reportage de Sophie Auvigne
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Créateurs

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.