Mémoire d'écrans : objets, de la modernité à la nostalgie

À l'instar du téléphone à cadran, adoré puis délaissé, tour d'horizon des objets du passé.

FRANCE 2

C'était le temps de la modernité avec ses objets phares. Le téléphone, la cabine téléphonique et l'annuaire avec ses milliers de numéros. Il y avait le vide-ordure dans la cuisine, et le bidet dans la salle de bain. Avec le progrès, on payait avec un chéquier, on buvait un soda avec une paille en plastique ou dans un gobelet jetable. Dans la France des Trente Glorieuses, nul ne pouvait imaginer que tous ces objets avaient un avenir incertain. Dans les années 1960, les Français se déplacent toujours pour payer en liquide au centre des impôts. Le percepteur lance un appel pour que les gens paient par chèque. Dans les années 1970, les Français sont accro aux chèques, même pour de petites sommes.

Des objets en voie de disparition

Les Français deviennent aussi accro aux téléphones. En 1965, il n'y a que 2,5 millions d'abonnés, mais tout le monde en veut. On veut pouvoir téléphoner dans la rue, alors, en 1973, la France implante 3 200 cabines. Avec la modernité, les Français ne veulent plus vivre dans des logements sans sanitaires. En 1962, la télévision vante les modèles de salles de bain. Dans chacune, il y a un bidet, la marque du confort moderne. Tous ces objets sont aujourd'hui en voie de disparition. Les cabines téléphoniques qui subsistent sont déjà des pièces de musée.

Le JT
Les autres sujets du JT
   L\'Arcep estime que le service de téléphonie fixe d\'Orange s\'est dégradé.
   L'Arcep estime que le service de téléphonie fixe d'Orange s'est dégradé. (PERRY MASTROVITO / IMAGE SOURCE / AFP)