Mega, le successeur de Megaupload, sera crypté

Il sera impossible de savoir si les données partagées sont légales ou non. Ce qui pourrait tourner au cauchemar pour les majors du disque et du cinéma.

Kim \"Dotcom\" Schmitz , le fondateur de Megaupload et du futur Mega, à Wellington (Nouvelle-Zélande), le 20 septembre 2012.
Kim "Dotcom" Schmitz , le fondateur de Megaupload et du futur Mega, à Wellington (Nouvelle-Zélande), le 20 septembre 2012. (MARK COOTE / REUTERS)

INTERNET – Kim Dotcom, fondateur de Megaupload, a donné des précisions sur Mega, le successeur de la plateforme fermée en janvier. Dans une interview accordée, vendredi 19 octobre, au magazine américain Wired (lien en anglais), il précise que les données stockées sur son nouveau service à venir seront entièrement cryptées.

"Selon la Charte des droits de l'homme de l'ONU, la vie privée est un des droits fondamentaux. (...) Vous avez le droit de protéger vos informations privées et vos communications des regards extérieurs", explique le plus connu des pirates.

Une plateforme "robuste juridiquement"

En clair, l'accès aux données sera protégée. "Une clé sera nécessaire pour les décrypter. Ni Mega, ni les hébergeurs ni les autorités n'en auront connaissance, poursuit Kim Dotcom. Si les serveurs sont perdus, si un gouvernement débarque dans un data center et les viole, si quelqu'un hacke le serveur ou le vole, cela ne lui donnera rien. (...) Tout ce qui est uploadé sur le site deviendra fermé et privé sans la clé."

Ainsi, ce réseau "pourrait bien devenir le pire cauchemar de tous les ayants droit", notamment les majors de la musique et du cinéma, ainsi que les artistes, commente L'Expansion. De son côté, le site spécialisé Zdnet estime que Mega est "robuste juridiquement", et que Kim Dotcom a tiré de grandes leçons de ses précédents déboires avec la justice et le FBI.