:l'éco, France info

VIDEO. Matthieu Ricard : "Ne pas être le jouet de nos émotions"

Invité de Jean-Paul Chapel dans ":l'éco", Matthieu Ricard, célèbre moine bouddhiste, est venu parler d'économie à l'occasion de la sortie de son livre :"À nous la liberté!". 

franceinfo

"Les gens qui vous disent qu'ils sont libres parce qu'ils font ce qu'ils veulent, sont en réalité les esclaves de leurs propres automatismes mentaux" estime Matthieu Ricard.

"Bien souvent, on agit et on parle sous l'emprise de l'aggressivité, de la jalousie ou de l'avidité.. donc on est pas vraiment libre. Du coup, on manque de discernement et souvent aussi de bienveillance. Se libérer intérieurement c'est avoir un espace beaucoup plus vaste par rapport à nos propres pensées et agir de façon plus juste dans l'existence" continue-t-il. 

Vous avez vu la colère des "gilets jaunes"..Qu'avez vous envie de leur dire ?

"D'une part il est clair que l'injustice sociale et les inégalités sont des choses inacceptables et on doit veiller au sort de tout à chacun. Mais réagir par la violence c'est pas forcément idéal.
D'autre part, dans des pays en voie de développement, où il n'y a pas de sécurité sociale, pas d'allocations chômage, pas de retraites et que les gens n'ont pas suffisament d'argent pour payer des soins d'urgence, ils peuvent mourir à la porte de l'hôpital s'ils n'ont pas payé une caution. Donc quand je vois qu'ici en France nous avons tout ça, on a beaucoup de chance. Etre soigné gratuitement c'est quand même formidable !" répond Matthieu Ricard. 

La question AFP : "La volonté du gouvernement de mettre des objectifs sociaux et environnementaux dans la raison d'être des entreprises va-t-elle rendre le capitalisme plus moral ?"

"Oui, sauf que les grandes banques investissent massivement dans les énergies fossiles qui sont trop subventionnées par rapport aux énergies renouvelables. Il faut tenir compte des effets que l'économie va avoir dans 20 ans sur l'environnement, le coût que ça va représenter pour les citoyens. L'environnement c'est le défi ultime à l'altruisme, car c'est le sort des générations à venir" répond le moine bouddhiste. 

L'interview s'est achevée sur la chanson "Les copains d'abord" de Georges Brassens.