Lionel Duroy lauréat du prix Anaïs Nin 2019 pour son roman "Eugenia"

Premier prix littéraire français orienté vers le monde anglo-saxon, le prix Anaïs Nin "récompense une voix et une sensibilité singulières, l'originalité d'un imaginaire et une audace face à l'ordre moral". Il est attribué ce 12 février au romancier Lionel Duroy pour "Eugenia" (Julliard), roman historique sur les racines de l'antisémitisme dans la Roumanie des années 1930.

Lionel Duroy en 2016.
Lionel Duroy en 2016. (JOEL SAGET / AFP)
Lionel Duroy, 69 ans, a été choisi au premier tour avec 8 voix sur 11. Le prix doit lui être remis dans la soirée au cours d'une cérémonie au Théâtre de l'Europe à Paris.

Un prix tourné vers le monde anglo-saxon

Fondé en 2015 par les romancières Nelly Alard et Capucine Motte, le prix Anaïs Nin est le seul prix littéraire français orienté vers le monde anglo-saxon.

Son lauréat se voit offrir la traduction en anglais de son ouvrage. Son jury est constitué d'auteurs français (dont David Foenkinos et Karine Tuil) mais aussi d'agents littéraires britanniques et américains. L'an dernier, le prix Anaïs Nin avait été attribué à Catherine Cusset pour "Vie de David Hockney" (Gallimard).

Un roman historique sur les racines de l'antisémitisme 

Publié l'an dernier, le roman de Lionel Duroy mêle fiction et réalité. Son héroïne et narratrice, Eugenia (personnage fictif) est présentée comme la compagne de l'écrivain roumain (bien réel) Mihail Sebastian, mort à 37 ans en 1945. L'auteur de "Depuis deux mille ans" avait noté dans son Journal son intention d'écrire un livre retraçant les persécutions contre les juifs roumains.
(Julliard)
Issue d'une famille antisémite (son frère est membre de la terrible Garde de fer fasciste), Eugenia va prendre petit à petit conscience de la vague de haine qui submerge son pays. Témoin du pogrom de Jassy (qui fit plus de 13.000 morts en 1941), c'est elle qui écrira le livre que Mihail Sebastian voulait rédiger.