Cet article date de plus d'un an.

"Les brouillards noirs", le plaidoyer magistral de Patrice Gain pour la nature, dans un thriller dense et inquiétant

Patrice Gain signe un grand roman écologiste qui, avec son écriture enveloppante, saisit le lecteur dès les premières pages.
Article rédigé par Mohamed Berkani
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Patrice Gain, auteur du thriller "Les brouillards noirs" (ROMAIN BOUTILLIER)

Comme un western moderne, qui se passe sur un archipel volcanique. Les brouillards noirs (éditions Albin Michel) de Patrice Gain est un grand roman d’atmosphère, qui interroge l’intime et le public, le deuil et l’engagement, la tradition et l’environnement. Patrice Gain, avec une écriture enveloppante, saisit le lecteur dès les premières pages pour ne plus le lâcher.

On s’attache au personnage, Raphaël, anti-héros plein de dignité et résilience. Raphaël donc, père divorcé, qui n’a pas revu sa fille Maude depuis onze ans, vit par et pour la musique. Quand son ex-épouse l’appelle pour lui dire que sa fille a disparu aux îles Féroé, il n’hésite pas une seconde pour se lancer à ses traces. "Envoie-moi des photos récentes de Maude aussi. Je ne sais même pas si je pourrais la reconnaître", précise-t-il. Et l’on imagine toute la douleur au bout de cette phrase.  

Chasse des baleines

L’auteur du De silence et de loup développe plusieurs thèmes dans son dernier livre. Là est sa force. Avec un style concis, percutant, Patrice Gain nous embarque dans une aventure qui va au-delà de l’intrigue policière. En atterrissant à Tórshavn, c’est en père, rongé par la culpabilité, craignant le drame, que Raphaël découvre l’univers de sa fille, ses combats. Et l’un d’eux particulièrement, contre le grindadrap, la chasse traditionnelle des baleines. Patrice Gain, ingénieur en environnement et professionnel de la montagne, pose des questions philosophiques : peut-on encore, aujourd’hui, défendre des pratiques sanglantes au nom de la tradition, des coutumes ? Violenter la nature au nom d’une pratique ancestrale fait-il encore sens ?

En plantant son intrigue dans un cadre insulaire, l’auteur de Terres fauves réunit tous les protagonistes dans petit espace sauvage, volcanique. Militants et insulaires se font face. La police locale fait peu de cas de la disparition de Maude. Raphaël se transforme malgré lui, sans se rendre compte, au contact des amis de sa fille. Le père brisé trouve assez de ressort en lui pour continuer sa quête. C’est dans une atmosphère étouffante, inquiétante, que Raphaël affronte les hostilités. Dans les bouillards noirs naissent des relations lumineuses, profondément humaines. Patrice Gain explore la relation père-fille avec beaucoup de tact, de délicatesse. Parce que même s’ils ne s’étaient pas vus pendant plus d’une dizaine d’années, père et fille n’ont jamais été indifférents l’un à l’autre. Les bouillards noirs, un roman sombre et lumineux, porté par une écriture généreuse. Captivant.

"Les brouillards noirs", Patrice Gain, Albin Michel, 19,90 euros

Couverture du livre "Les brouillards noirs" de Patrice Gain. (Editions Albin Michel)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.