"La Convergence du Loup", un roman d'aventure captivant à la rencontre des peuples du Grand Nord

Des câbles sous-marins sectionnés, des rapports sur la qualité de l'eau en Californie enterrés, des hackers qui préparent un plan aux ramifications mondiales et des habitants de plusieurs communautés autochtones qui se retrouvent dans la toundra du grand nord canadien... Voilà le canevas d'une aventure foisonnante à laquelle Pascal Hémon, grand connaisseur des régions arctiques, convie ses lecteurs.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
La convergence du Loup, aux éditions L'Harmattan (© P. Hémon)

"A la suite d'un piratage informatique, la presque totalité de la flotte de navires câbliers du Pacifique se retrouve hors service, sans espoir à court terme de remise en état. (...) Les liaisons internet entre l'Asie et le continent américain sont fortement diminuées, impactant sensiblement le commerce intercontinental..." La dépêche AFP date du 6 avril. De quelle année ? On ne sait pas exactement, mais au regard de l'actualité, 2022 eût été plausible. Car il y a parfois de drôles de coïncidences. La Convergence du Loup, premier roman de Pascal Hémon (dont est tiré cet extrait), est sorti le 16 mars chez L'Harmattan, quelques jours après la médiatisation de menaces russes sur les câbles sous-marins, aux premières semaines de la guerre en Ukraine. Et le sabotage de ces câbles par une mystérieuse organisation dont font partie deux des personnages principaux du livre, c'est précisément l'une des intrigues de cette grande aventure entre Paris, la Californie, le Groenland et le Grand Nord canadien (Territoires du Nord Ouest et Nunavut).

Sous le regard du loup... et du corbeau

L'idée d'écrire une fiction autour de cet enjeu éminemment stratégique trottait dans la tête de l'auteur depuis déjà longtemps. "J'ai été surpris de constater que les gens ne savent pas qu'internet passe par des câbles sous-marins de fibre optique. Ils pensent que c'est par satellite alors que les satellites représentent à peine 1% du trafic," s'étonne-t-il. Ingénieur de recherche du CNRS (il est l'un des spécialistes en France des effets du vent sur les structures), Pascal Hémon s'est beaucoup documenté et a questionné des spécialistes pour donner un maximum d'authenticité à son récit. (Pour les curieux, une vidéo permet de comprendre comment ça marche)

L'aspect technologique, s'il est un peu détaillé dans les toutes premières pages du livre, laisse vite la place à l'aventure. Aux aventures plus précisément avec ses héros, ses policiers coriaces, ses traîtres et ses méchants dont un tueur à gages russe qui ne recule devant aucune difficulté géographique pour parvenir à ses fins. On découvre au fil des chapitres plusieurs histoires parallèles qui finissent par converger au fin fond de la toundra arctique, sous le regard acéré du loup qui guette, on ne sait d'abord trop quoi, depuis sa tanière, et du grand corbeau aux croassements prémonitoires.

Il est ainsi question d'une sécheresse inhabituelle qui frappe la Californie alors que des rapports alarmants sur la qualité de l'eau finissent systématiquement aux oubliettes; de corruption au Groenland pour l'attribution de juteux marchés; de préparatifs pour une grande réunion entre Tlichos et Inuits, dans le Grand Nord canadien et surtout de voyages initiatiques dans des communautés où le sentiment d'appartenance est toujours très fort. 

Pascal Hémon (en rouge) et son coéquipier Philippe Garcia dans la toundra aux environs de Kugluktuk (© P. Hémon)

Sur les traces de Jules Verne

Une intrigue bien ficelée, riche (au risque de perdre un peu le fil si on pose le livre quelques jours), dont l'objectif n'est pas revendicatif assure l'auteur, malgré les thématiques abordées : la mondialisation, la problématique de l'eau et les droits des peuples autochtones. "Je souhaitais surtout mettre en avant les populations locales, montrer leur résilience", explique Pascal Hémon. envoûté depuis longtemps déjà par la nature et la culture des mondes polaires.

Ce milieu, l'auteur le connaît bien pour y avoir séjourné à de nombreuses reprises et pour y avoir mené trois grosses expéditions en ski-pulka avec son association, Diagonale Groenland : une traversée du Groenland en 2006, un périple sur les traces de l'explorateur Samuel Hearne (1745-1792) en 2010, entre Yellowknife et Kugluktuk, et un autre sur l’itinéraire d’un roman peu connu de Jules Verne, Le pays des fourrures, entre Tlicho et Kugluktuk. Chacune a donné lieu à un film et/ou un récit de voyage. "Je peux me vanter d'être allé dans tous les lieux du roman et d'avoir vécu dans la toundra et la forêt boréale", s'amuse Pascal Hémon.

Diagonale Groenland

Plus jeune, il s'était plongé avec délices dans les récits de Paul-Emile Victor et les romans de Jules Verne, sans imaginer alors qu'il irait marcher dans leurs pas. Amateur de très haute montagne, il s'est ensuite tourné vers les mondes polaires et leur environnement de neige et de glace qu'il savoure. Des expéditions au Spitzberg, en terre de Baffin, en Islande dans des conditions parfois difficiles lui ont donné le goût de ces terres rudes mais uniques. Un environnement inspirant dont il décrit avec précision dans son roman l'étendue, les nuances, la beauté et les dangers.

Inuits et Premières Nations

Pour préparer ces expéditions, il a rencontré des habitants, des Inuits et des Premières Nations dont il s'est inspirés pour certains personnages. "Il y a chez certains d'entre eux, ceux qu'on a côtoyés en tout cas, un rapport à la nature très fort", qui s'explique en partie par l'immensité du territoire. "Cette présence à la nature, on la ressent en ski-pulka. On capte tout. Depuis, j'ai d'ailleurs une attention particulière à tout ce qui m'entoure dès que je suis dans la forêt par exemple. Je l'ai acquise au contact des gens là-bas".

L'écriture de ce premier roman a pris un peu de temps. Un an entre l'idée de l'intrigue et les premières pages noircies. Trois ans pour terminer la version initiale et encore une année avant la publication. "J'avais des doutes sur ma capacité à écrire une fiction" reconnaît-il. Il s'est malgré tout lancé sur quelques chapitres. Les retours l'ont convaincu de poursuivre : "On a très envie de connaître la fin", lui a-t-on dit. Aujourd'hui, il réfléchit déjà à une suite, autour des enjeux de l'eau, avec la Bretagne, où il passe beaucoup de temps, en toile de fond. Après l'Arctique, l'écriture pourrait bien devenir l'une des nouvelles passions d'un auteur à découvrir.

"La convergence du loup" est sorti en mars 2022 aux éditions de l'Harmattan (© Editions l'Harmattan)

La Convergence du Loup, de Pascal Hémon, paru le 16 mars 2022 aux éditions L'Harmattan. 232 pages. 21€.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Romans

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.