Goncourt 2022 : Giuliano Da Empoli, Brigitte Giraud, Cloé Korman et Makenzy Orcel, les finalistes annoncés depuis Beyrouth

Le carré final du plus prestigieux prix littéraire français a été dévoilé depuis Beyrouth ce mardi 25 octobre. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Affiche du festival littéraire "Beyrouth Livres" qui se tient du 19 au 30 octobre 2022. (INSTITUT FRANÇAIS)

Giuliano Da Empoli pour Le Mage du Kremlin (Gallimard), Brigitte Giraud pour Vivre vite (Flammarion), Cloé Korman pour Les Presque Sœurs (Seuil) et Makenzy Orcel pour Une somme humaine (Rivages) sont les finalistes du prix Goncourt, le plus prestigieux des prix littéraires français. L'annonce a été faite exceptionnellement depuis Beyrouth en ce mardi 25 octobre, en l'absence de certains jurés qui ont renoncé à se rendre au Liban où ils ne se sentaient pas les bienvenus.

N'ont pas été retenus de la précédente liste (la deuxième sélection) notamment La Vie clandestine de Monica Sabolo, Le coeur ne cède pas de Grégoire Bouillier ainsi que Les Liens artificiels de Nathan Devers, des romans qui ont marqué la rentrée littéraire. 

Les membres de l'Académie Goncourt, de gauche à droite, l'écrivain français Camille Laurens, le président du Goncourt Didier Decoin, l'écrivain Philippe Claudel et l'écrivain Paule Constant discutent après l'annonce des noms des finalistes du prix Goncourt 2022 à la résidence de l'ambassadeur de France à Beyrouth, la capitale du Liban, le 25 octobre 2022. (JOSEPH EID / AFP)

L'Académie Goncourt s'est délocalisée pour la première fois par solidarité avec la grande ville francophone qu'est Beyrouth, durement éprouvée par l'explosion dans son port, en août 2020, d'un silo rempli de nitrate d'ammonium. L'annonce a été faite depuis la résidence de l'ambassadrice de France, Anne Grillo, par le président de l'Académie Goncourt, Didier Decoin, devant des invités triés sur le volet. Ce dernier a glissé "un mot de remerciement très sincère" pour son hôte. "On est bien, ici", a-t-il lancé. Ce n'était pas l'avis d'autres jurés du prix, qui ont choisi de rester à Paris.

Le prix doit être décerné le 3 novembre à Paris. Le jury dévoilera alors le récit qui l'a le plus captivé.

Empreints de réalisme

Le Mage du Kremlin de l'Italo-Suisse Giuliano Da Empoli, sorti en avril rappelle l'AFP, raconte l'itinéraire d'un conseiller fictif de Vladimir Poutine, l'occasion de revenir sur l'histoire de la Russie depuis l'éclatement de l'Union soviétique. Dans Vivre vite, Brigitte Giraud évoque les derniers jours de son mari, tué dans un accident de moto en 1999, et les suites de ce drame.

Cloé Korman, avec Les Presque Sœurs, signe une enquête sur des enfants victimes de la Shoah, cousines de son père. En septembre, le ministre français de l'Éducation nationale Pap Ndiaye se réjouissait que sa "conseillère en charge des discours ait été choisie dans la première sélection".

Dans Une somme humaine (Rivages), le Haïtien Makenzy Orcel fait parler d'outre-tombe, sur 600 pages dans une langue foisonnante et ininterrompue, une femme habitée par la poésie et la violence.

En 2021 déjà, un Haïtien, Louis-Philippe Dalembert, avait été finaliste avec Milwaukee Blues. Mais c'est le Sénégalais Mohamed Mbougar Sarr qui l'avait emporté, avec La plus secrète mémoire des hommes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Romans

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.