Rentrée littéraire : la femme de François de Rugy accuse un ouvrage d'atteinte à sa vie privée

Séverine Servat de Rugy s'est reconnue dans un roman à clefs, et a finalement obtenu que le livre paraisse avec un encart stipulant que l'ouvrage "portait atteinte de manière répétée à l'intimité de sa vie privée". 

François de Rugy et Séverine Servat de Rugy arrivent à l\'Elysée, le 19 mars 2018. 
François de Rugy et Séverine Servat de Rugy arrivent à l'Elysée, le 19 mars 2018.  (MICHEL EULER / SIPA)

A quelques semaines de sa sortie en librairies, à l'occasion de la rentrée littéraire, le roman Vivre ensemble écrit par Emilie Frèche fait parler de lui. L'ouvrage est vivement critiqué par Séverine Servat de Rugy, journaliste et épouse du président de l'Assemblée nationale, qui l'accuse d'atteinte à la vie privée, indique L'Express dans un article publié mercredi 8 août. L'auteure du roman se trouve être la compagne de l'ancien député socialiste Jérôme Guedj, père de l'enfant de Séverine Servat de Rugy.

Un fils "dépeint comme un monstre" 

Dans une interview à L'Express, Séverine Servat de Rugy a dévoilé les coulisses de cette affaire qui l'oppose à la romancière Emilie Frèche. Elle raconte s'être procurée un exemplaire du livre Vivre ensemble, à paraître le 22 août, après avoir entendu des rumeurs sur son contenu : "Une amie qui l'avait lu et m'avait reconnue, ainsi que mon fils, avec une totale certitude, m'a bombardée de SMS alarmistes, tant elle était choquée", rapporte Séverine Servat de Rugy dans les colonnes de L'Express.

A la lecture du livre, la journaliste de Gala se reconnaît, ainsi que son jeune fils de 11 ans, dont Jérôme Guedj a la garde alternée. "Mon fils est dépeint dans ce livre comme un monstre. On envisage sa mort à la fin", poursuit-elle. Quant au personnage de la mère qui, selon Séverine Servat de Rugy, n'est autre qu'elle-même, il est qualifié de "folle", "cinglée" et même "pute"

Dans une interview parue dans Le Point en fin de journée, Jérôme Guedj a pris la parole pour s'indigner des propos de son ancienne compagne. "Cela  [Le livre]donne une histoire qui n'a rien à voir avec la vie que Séverine et moi avons menée ni avec Joseph. Voir Joseph dans Salomon, comme le fait sa mère, est abusif et insupportable. Et plus encore de l'étaler d'une manière aussi indécente", assure-t-il. 

Puiser dans la vie privée de mon fils et de ses souffrances intimes est inacceptable, injustifiable.Séverine Servat de Rugy L'Express

"Il est hors de question que je puisse laisser passer ce qui concerne mon enfant, dont j'ai la responsabilité. Je n'ai eu d'autre choix moral, éthique, que de faire savoir que j'allais m'y opposer par voie juridique", a indiqué Séverine Servat de Rugy. 

Un encart dans chaque exemplaire 

Dans un premier temps, l'épouse du président de l'Assemblée nationale a menacé de demander l'interdiction du roman. "L'interdiction envisagée était proportionnée. Le droit était de notre côté", fait-elle valoir. Finalement, un accord a été trouvé entre Séverine Servat de Rugy, l'éditeur et la romancière, lesquels ont accepté la publication d'un encart. Une décision confirmée à franceinfo par les éditions Stock

L'encart précise que "Madame Séverine Servat de Rugy, estimant que des passages du présent ouvrage portaient atteinte de manière répétée à l'intimité de sa vie privée et de celle de son enfant mineur –ce qui a été contesté par l'auteure, qui reconnaît avoir simplement puisé une partie de son inspiration dans son vécu, notamment familial, et romancé en exacerbant les traits des différents personnages– a souhaité l'insertion du présent encart"

Dans un communiqué commun aux différentes parties de cette affaire, il est également indiqué que "Séverine Servat de Rugy renonce à solliciter l'interdiction du livre mais se réserve le droit d'engager des poursuites judiciaires et de demander des dommages intérêts, pour elle-même et pour son enfant, pour le préjudice qu'elle estime avoir subi".