Première sélection du Médicis 2019 : Santiago H. Amigorena en lice pour un nouveau prix avec "Le Ghetto intérieur"

Le jury du prix Médicis a dévoilé sa première sélection qui comprend 15 romans en français dont "Le Ghetto intérieur" de Santiago H. Amigorena, déjà en lice pour le Goncourt et le Renaudot, et 13 romans étrangers.

Santiago Amigorena en mai 2014.
Santiago Amigorena en mai 2014. (ANDERSEN ULF/SIPA / SIPA)

D'origine argentine, écrivant en français, Santiago H. Amigorena a reçu lundi 9 septembre le prix des libraires de Nancy pour son roman publié chez P.O.L. C'est le seul écrivain en lice pour les trois principaux prix littéraires (Goncourt, Renaudot et Médicis) en attendant, mercredi 10 septembre, la sélection du Femina.

Parmi les titres sélectionnés par les jurés du Médicis qui sera décerné le 8 novembre figurent également trois titres en lice pour le Renaudot : le premier roman de Victor Jestin, La chaleur, Cora dans la spirale de Vincent Message et Les jungles rouges de Jean-Noël Orengo. Quatre autres titres sélectionnés par le jury du Médicis sont également en lice pour le prix Wepler dont Querelle du Québécois Kevin Lambert. Le jury du Médicis se réunira de nouveau le 30 septembre puis le 29 octobre.

Voici la liste, par ordre alphabétique d'auteurs, de la première sélection du Médicis :

Romans en français :

- Santiago H. Amigorena, Le Ghetto intérieur (P.O.L)
- Brigitte Giraud, Jour de courage (Flammarion)
- Violaine Huisman, Rose désert (Gallimard)
- Claudie Hutzinger, Les grands cerfs (Grasset)
- Victor Jestin, La Chaleur (Flammarion)
- Kevin Lambert, Querelle (Le Nouvel Attila)
- Luc Lang, La tentation (Stock)
- Guillaume Lavenant, Protocole gouvernante (Rivages)
- Myriam Leroy, Les yeux rouges (Seuil)
- Vincent Message, Cora dans la spirale (Seuil)
- Christine Montalbetti, Mon ancêtre Poisson (P.O.L)
- Jean-Noël Orengo, Les jungles rouges (Grasset)
- Monica Sabolo, Eden (Gallimard)
- Jean-François Samlong, Un soleil en exil (Gallimard)
- Marin Tince, Et l'ombre emporte ses voyageurs (Seuil)

Romans étrangers :

- Nina Allan, La fracture, traduit de l'anglais par Bernard Sigaud (Tristram)
- Mircea Cartarescu, Solénoïde, traduit du roumain par Laure Hinckel (Noir sur Blanc)
- Selahattin Demirtas, Et tournera la roue, traduit du turc par Emmanuelle Collas (Emmanuelle Collas)
- Giorgio Falco, La jumelle H, traduit de l'italien par Louise Boudonnat (Verdier)
- Arno Geiger, Le grand royaume des ombres, traduit de l'allemand (Autriche) par Olivier Le Lay (Gallimard)
- Lidia Jorge, Estuaire, traduit du portugais par Marie-Hélène Piwnik (Métailié)
- Christian Kracht, Faserland, traduit de l'allemand par Corinna Gepner (Phébus)
- Jennifer Nansubuga Makumbi, Kintu, traduit de l'anglais (Ouganda) par Céline Schwaller (Métailié)
- Joyce Carol Oates, Un livre de martyrs américains, traduit de l'anglais (États-Unis) par Claude Seban (Philippe Rey)
- Edna O'Brien, Girl, traduit de l'anglais (Irlande) par Aude de Saint-Loup et Pierre-Emmanuel Dauzat (Sabine Wespieser)
- Audur Ava Olafsdottir, Miss Islande, traduit de l'islandais par Eric Boury (Zulma)
- Regina Porter, Ce que l'on sème, traduit de l'anglais (États-Unis) par Laura Derajinski (Gallimard)
- Manuel Vilas, Ordesa, traduit de l'espagnol par Isabelle Gugnon (Editions du Sous-Sol)

L'an dernier le prix Médicis avait été attribué à Pierre Guyotat pour Idiotie (Grasset) et le Médicis étranger à Rachel Kushner pour Le Mars Club (Stock), traduit de l'anglais par Sylvie Schneiter