Cet article date de plus d'un an.

Un tableau très inquiétant de Rembrandt au cœur de la "La femme-écrevisse", le dernier roman d'Oriane Jeancourt Galignani

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 4 min.
Littérature : les obsessions pour "la femme-écrevisse", de Rembrandt
franceinfo
Article rédigé par
France Télévisions

Oriane Jeancourt Galignani était l'invitée du 23 heures de franceinfo dimanche 30 août. L'auteure a évoqué la sortie de son nouveau livre "La Femme-écrevisse" racontant l'obsession successive de trois personnages pour une oeuvre de Rembrandt.

Il figure parmi les romans de la rentrée qui n'ont pas vu leur date de sortie repoussée. La Femme-écrevisse d'Oriane Jeancourt Galignani s'intéresse de près à une gravure de Rembrandt. "Je me suis demandé ce que cela signifierait de suivre une oeuvre d'art inquiétante et à la fois fascinante puisque c'est une femme qui est en train de se transformer en écrevisse", confie l'auteure accueillie sur le plateau du 23 heures de franceinfo dimanche 30 août.

L'obsession de trois personnages à des époques différentes

Le roman débute en 1642 avec Margot, la maitresse de Rembrandt, qui prend la gravure en passion. Deux autres personnages auront la même obsession à des époques différentes, en 1920 puis en 1999. Un véritable exercice de fluidité dans l'écriture. Ces trois personnages seront tous victimes de schizophrénie un peu à l'image de cette femme-écrevisse. "C'était pour montrer comment l'art, l'animalerie et la folie sont souvent liés", conclut Oriane Jeancourt Galignani.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.