Littérature : "57 rue de Babylone" d'Alix de Saint-André, plongée dans le "Home Pasteur"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 7 min.
Littérature : "57 rue de Babylone" d'Alix de Saint-André, plongée dans le "Home Pasteur"
FRANCEINFO
Article rédigé par
Anne-Marie Revol - franceinfo
France Télévisions

Comme chaque semaine, la journaliste Anne-Marie Revol présente la chronique culturelle.

Alix de Saint-André signe 57 rue de Babylone, une visite guidée du "Home Pasteur". À l'origine de ce récit, l'expatriation d'Alix de Saint-André pour Paris au prestigieux lycée Victor Duruy. "En arrivant, c'est une déconvenue énorme. Elle ne pensait pas que c'était un lycée de filles et se retrouve entourée des mêmes pimbêches", explique la journaliste. Parmi ses filles, Pia, qui va devenir son amie et vit au "Home Pasteur". Elle découvre la famille de Pia, mais surtout les habitants du "Home Pasteur" : "Alix de Saint-André se régale, il y a en a une quinzaine à l'année, ils sont tous absolument foutraques et incarnent tous les pans de la culture et de l'intelligence de l'époque", rapporte Anne-Marie Revol sur le plateau du 23h, jeudi 27 mai. "Tout cela donne des portraits aux petits oignons de tous ces gens qui sont au 'Home Pasteur', cela donne un livre un brin bordélique, un peu foutraque, à l'image de cette maison un peu dingotte".

La Bretagne comme personnage

Claire Léost signe son second ouvrage Le Passage de l'été avec la Bretagne des années 1990 au cœur du récit. "Ce n'est pas un décor, c'est un personnage. Ce n'est pas cette Bretagne côtière avec les petites cabines de plages (...) c'est la Bretagne de l'intérieur, celle qui est pauvre, âpre, revêche", raconte Anne-Marie Revol. Débarque Marguerite, une professeure d'université à Paris qui vient remplacer un professeur. Elle va coacher une élève qui obtiendra des notes exceptionnelles. "La rencontre entre ces deux femmes va bouleverser leur destin le temps d'un été et va aller vers du tragique, quelque chose d'assez noir, on va être aspiré par le livre", explique la journaliste.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.