Le poète et diplomate mauricien Edouard Maunick est mort à 89 ans

Le poète et diplomate mauricien Edouard Maunick que Léopold Sédar Senghor avait qualifié de "poète nègre de la deuxième génération", est décédé samedi à Paris. Son pays et l'Unesco lui rendent hommage.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le poète et diplomate mauricien Edouard Maunick en 1997. (PHILIPPE MATSAS / OPALE)

Le poète et diplomate mauricien Edouard Maunick est mort le 10 avril à Paris à l'âge de 89 ans. "La littérature perd un de ses monuments", a dit son frère Jacques Maunick sur les ondes de la radio associative Top FM. A son tour, le premier ministre mauricien Pravind Kumar Jugnauth lui a rendu hommage : "Avec le décès d’Édouard J. Maunick, l’ile Maurice perd un illustre fils du sol". 

Eloge du métissage 

Né à Flacq (île Maurice) en 1931, il avait fait le choix de la langue française pour son oeuvre, entamée avec le recueil Ces oiseaux de sang en 1954. Cette oeuvre, signée d'un écrivain qui se disait "de sang mêlé", évoque son amour pour un pays natal où le métissage est la norme.

Qualifié de "poète nègre de la deuxième génération" par Léopold Sédar Senghor, qui a préfacé l'un de ses ouvrages, il était parti pour la capitale française en 1960, sans un sou. "Il est parti pour agrandir ses horizons", a expliqué son frère. "C'est à Paris que Présence Africaine a publié plusieurs de ses recueils". Il y a été journaliste, entre autres pour les radios France Culture et RFI ou l'hebdomadaire Jeune Afrique. Mais pour Jacques Maunick, son frère était "avant tout un Mauricien (...) au sens le plus large du terme. Maurice a toujours fait partie de sa poésie. Malheureusement, il est plus connu en France dans le milieu littéraire (...) qu'à Maurice".

Ambassadeur 

"Le barde mauricien laisse derrière lui une œuvre poétique immense, empreinte de nostalgie pour son île natale et vibrant d’un humanisme militant. Sa poésie est aussi riche d’inventions lexicales et de souffle baroque", écrit Tirthankar Chanda sur le site de la station RFI à laquelle le poète avait été intimement lié. 

Edouard Maunick a été ambassadeur de Maurice en Afrique du Sud après le changement de régime en 1994, lui qui avait consacré au nouveau président de ce pays alors qu'il était emprisonné, un Mandela mort ou vif (1986). Il a aussi effectué une carrière au sein de l'Unesco dans les années 1980-1990. Audrey Auzoulay, directrice générale de l'Unesco, rendait à ce titre hommage le 11 avril "à un ancien collègue, ardent défenseur du dialogue des peuples".

L'Académie française l'a récompensé par deux fois : pour avoir contribué au "rayonnement de la langue et de la littérature française" en 1990, et du Grand Prix de la francophonie en 2003. Un prix mauricien de poésie porte son nom depuis 2016.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.