[DEAUVILLE] Tomi Ungerer, esprit frappeur, esprit moderne

La vie de l'artiste illustrateur Tomi Ungerer fait l'objet d'un nouveau documentaire signé Brad Bernstein. Le film "Tomi Ungerer, esprit frappeur" est présenté à Deauville dans le cadre des "Docs de l'oncle Sam".

Tomi Ungerer
Tomi Ungerer (AFP PHOTO / DANIEL ROLAND )

 

L'occasion est trop rare. Brad Bernstein propose dans son documentaire, une heure et demie durant, de découvrir lla vie de Tomi Ungerer, et les évènements qui ont influencé l'artiste. Autant dire qu'avec cet homme né à Strasbourg en 1931, emmigré aux Etats-Unis, et aujourd'hui installé en Irlande, ce que l'on nous conte est une certaine histoire du vingtième siècle, une histoire qui sous-tend son art, par un impact personnel et moral.

 

Bande annonce, en VO :

 

Tomi Ungerer, c'est un père horloger et artiste disparu pendant la petite enfance, un souvenir adulé, et le manque qui a suivi. C'est une vie en Alsace, ni vraiment française, ni vraiment allemande, plongée dans la seconde guerre mondiale. C'est un rejet de l'accent, de la culture, par la France Libre, et un départ pour les Etats-Unis.

A New York, une rencontre décisive permet à Tomi Ungerer de se lancer dans l'illustration jeunesse, mais pas question de rentrer dans le moule bétifiant. Pour lui, l'enfant est une personne comme les autres.

 

Extrait des Trois Brigands
Extrait des Trois Brigands (Tomi Ungerer)
 

 

La révolution sexuelle, la guerre au Vietnam, la ségrégation secouent l'Amérique. Tomi Ungerer conteste, tire la satire d'une guerre injuste, et se lance dans le dessin érotique avec tout autant d'énergie. Son oeuvre au graphisme simple, au trait moderne, fait mouche à tous les coups. Mais nous sommes aux Etats-Unis, et si New-York fait figure de poste d'avant-garde, les Etats-Unis restent un pays conservateur. Les femmes nues, le sexe illustré, détourné, font scandale. Les ouvrages de Tomi Ungerer sont interdits, y compris au rayon jeunesse.

 

Extrait d'un dessin contre la guerre du Vietnam
Extrait d'un dessin contre la guerre du Vietnam (Tomi Ungerer)
 

 

Brad Bernstein retrouve donc l'artiste dans un nouveau pays, l'Irlande. C'est là, avec bonheur, qu'il a décidé de finir ses jours. C'est ici, et parfois à Strasbourg, qu'il témoigne malicieusement devant la caméra de son parcours de création, et de son esprit bouillonnant jusqu'au délire. Le portrait est passionnant, et nul besoin d'être un fin connaisseur de l'oeuvre d'Ungerer pour en apprécier la teneur, comme ce récit documentaire.