"Midi-Minuit Fantastique Vol. 4" : le dernier tome de la réédition intégrale de la revue mythique des années 60

Ce quatrième opus clôt un chantier entrepris par Nicolas Stanzick depuis dix ans avec Michel Caen, sur un titre de presse qui a révolutionné la culture de 1962 à 1971.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Barbara Steel dans "La Maison ensorcelée" ("Curse of the Crimson Altar") de Vernon Sewell (1968).  (HOME BOX OFFICE (HBO))

Midi-Minuit Fantastique (MMF) a inauguré en 1962 une approche adulte du cinéma fantastique, au centre de l’émergence de la contreculture en France, devenue aujourd’hui, la pop culture. Depuis dix ans, Nicolas Stanzick avec Michel Caen et Guy Astic, ont réédité dans quatre albums somptueux l’intégrale des 24 numéros, avec des bonus fabuleux (Ed. Rouge Profond). Ce dernier volume, nanti d’un n°25-26 inédit, et d’un DVD de quatre heures, clôt en beauté un travail éditorial d’exception.

Fantastique et érotique

Ayant eu moult à faire avec la censure, Midi-Minuit Fantastique a été créée par Michel Caen, mineur à l’époque, qui prendra la tête d’une revue interdite aux moins de 18 ans : un comble. Accompagné de Jean-Claude Romer (Monsieur Cinéma), récemment disparu, Alain le Bris, Jean Boullet, Jean-Pierre Bouyxou et Gérard Lenne, sous la houlette de l’éditeur Eric Losfeld, tous portent un nouveau regard sur la culture populaire, avec au premier rang le cinéma fantastique, alors méprisé, qu’ils réhabilitent.

Dans la continuité du surréalisme, Losfeld étant l’éditeur d’André Breton, la revue va s’orienter vers un insolite au sens large avec éclectisme, en se départant quelque peu du seul cinéma de genre. La sexualité, tabou à l’aube des années 60, va s’exposer au fil des numéros dans les films d’Alain Robbe-Grillet, José Bénazéraf, Seijun Suzuki, ou les premiers essais frôlant l'expérimental de Jean-François Davi. La revue restera cependant fidèle à ses fondamentaux en reflétant l’actualité du cinéma fantastique de l’époque.

Motif graphique pour "Le Voyeur" ("Peeping Tom") de Michael Powell (1960). (LES ACACIAS)

Libertaire

Ce volume 4 est consacré aux numéros 18 à 24 de 1967 à 1973, quand les films gothiques (Dracula, Frankenstein, fantômes) s’essoufflent. Luxueuse et richement illustrée, cette réédition bénéficie d’une qualité de reproduction photographique exceptionnelle, complétée de clichés en couleur (MMF était édité en N&B) et de documents inédits. En annexe du cinéma, MMF s’est ouvert à l’illustration et à la littérature, offrant portfolios, nouvelles et études littéraires, notamment une somme sur Gaston Leroux (Le Fantôme de l’Opéra), due au réalisateur de films fantastiques français Jean Rollin.

Ce dernier volume est exceptionnel avec l’édition du numéro 25-26, jamais publié mais prêt à l’être en 1973, avec des textes d’Ado Kyrou, Jean-Claude Romer et un entretien avec Paul Morrissey, notamment. Le DVD de quatre heures aligne huit courts métrages, dont un de Pierre Étaix, une adaptation de La Maison du juge de Bram Stoker (Dracula), et un documentaire sur MMF par les "midi-minuistes" eux-mêmes. D’actualité plus que jamais en ces temps corsetés : une bulle libertaire dans un monde de bruts.

Pour marquer le coup, le Forum des Images, à Paris, a concocté une programmation de quarante films "midi-minuistes" jusqu'au 9 janvier 2022, du Cauchemar de Dracula (Terence Fisher, 1958) à Alphaville (Jean-Luc Godard, 1965) : une histoire du cinéma fantastique, avec conférences et exposition. Joyeux Noël !

Midi-Minuit Fantastique Vol. 4
Michel Caen et Nicolas Stanzick
Editions Rouge Profond

752 pages
Relié, nombreuses illustrations noir et blanc et couleurs
70 Euros

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Beaux livres

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.