Affaire Matzneff : les écologistes parisiens demandent la suspension d'un adjoint d'Anne Hidalgo

Ces élus municipaux souhaitent également qu'une enquête soit ouverte à l'encontre de Christophe Girard, secrétaire général entre 1986 et 1987 de la maison Yves Saint Laurent. Cette structure a apporté un soutien financier à l'écrivain Gabriel Matzneff dans les années 1980, selon plusieurs récits.

Christophe Girard (à gauche) et la maire Anne Hidalgo, le 1er février 2019 à Paris.
Christophe Girard (à gauche) et la maire Anne Hidalgo, le 1er février 2019 à Paris. (MAXPPP)

Tensions au sein de la majorité municipale parisienne. Les élus écologistes, alliés de la maire PS de Paris Anne Hidalgo, lui demandent de suspendre de ses fonctions son adjoint à la Culture, Christophe Girard, entendu en mars dans l'enquête "pour viols sur mineur" qui vise l'écrivain Gabriel Matzneff.

>> L'article à lire pour comprendre l'affaire Gabriel Matzneff, un écrivain aux pratiques pédophiles assumées

"Nous nous opposons à la nomination de Christophe Girard au sein de notre exécutif", écrivent les membres du groupe écologiste de Paris dans un courrier adressé dimanche à la maire de Paris et diffusé lundi 20 juillet sur Twitter par la conseillère de Paris Alice Coffin.

Ces élus, qui se sont alliés à Anne Hidalgo durant l'entre-deux-tours de l'élection municipale, demandent la "suspension" de Christophe Girard et l'"ouverture d'une enquête de l'Inspection générale de la ville de Paris".

Ils entendent également participer, aux côtés d'associations féministes, à un rassemblement jeudi à midi, en marge du premier Conseil de Paris de la nouvelle mandature, devant l'hôtel de ville, "pour réclamer le départ de Christophe Girard".

L'intéressé entendu en mars par la police

Les enquêteurs ont interrogé en mars Christophe Girard, secrétaire général entre 1986 et 1987 de la maison Yves Saint Laurent, structure qui a apporté un soutien financier à Gabriel Matzneff dans les années 1980, selon plusieurs récits. L'écrivain est visé par une enquête pour "viols sur mineurs" ouverte par le parquet de Paris après la publication en janvier du roman autobiographique de Vanessa Springora dans lequelle elle décrit la relation sous emprise qu'elle a entretenue, lorsqu'elle était mineure, avec l'auteur.

"Trois ans après #MeToo, après la discussion publique provoquée par la publication de l'ouvrage Le Consentement de Vanessa Springora, quelques mois après la terrible cérémonie des César, quelques jours après la nomination d'un ministre faisant l'objet d'une instruction pour viol et harcèlement sexuel, la mairie de Paris ne peut pas, ne doit pas, prendre une position hostile aux revendications féministes. Il en va de notre cohérence politique", écrivent les élus écologistes.

Interrogé lundi, le premier adjoint d'Anne Hidalgo, Emmanuel Grégoire, a tenu à rappeler qu'"il n'y a aucun reproche qui a été formulé [à Christophe Girard] puisqu'il n'a ni le statut de témoin assisté, ni de mise en examen", depuis son audition. Il n'y a "aucune raison d'écarter Christophe Girard de notre équipe, pour des raisons juridiques, morales et éthiques", a-t-il ajouté, estimant par ailleurs que "dans un contexte extrêmement sensible, il faut faire attention à ne pas mélanger tous les sujets", dans une allusion aux accusations de viol contre le nouveau ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin qui a suscité de nombreuses indignations et manifestations.