Cet article date de plus de dix ans.

Le grand rabbin de France avoue le plagiat... de son nègre

Gilles Bernheim, accusé d'avoir plagié le philosophe Jean-François Lyotard, admet la faute. Mais se trouve des excuses : ce n'est pas lui qui a écrit une partie du livre publié sous son nom.

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le grand rabbin de France, Gilles Bernheim, à Dieulefit (Drôme), le 4 novembre 2012. (JEFF PACHOUD / AFP)

Gilles Bernheim, grand rabbin de France, reconnaît mercredi 4 avril avoir plagié le philosophe Jean-François Lyotard dans son dernier livre Quarante méditations juives (Stock). Les ressemblances troublantes de certains passages avec un entretien avec Lyotard réalisé par Elisabeth Weber avaient attiré l'attention d'un universitaire, conduisant notamment L'Express a accuser le responsable religieux de plagiat pur et simple.

Après avoir nié en bloc, voire, comme l'expliquait Rue89, insinué que Lyotard l'avait au contraire plagié, Bernheim fait mercredi deux aveux d'un même coup : il y a bien eu plagiat, mais ce n'est pas lui qui l'a commis... Pour la bonne raison qu'il n'a pas écrit une partie du livre : Gilles Bernheim aurait eu recours à un "nègre", autrement dit à un autre auteur, pour écrire certains passages (il ne précise pas leur longueur), dont celui incriminé.

"Je suis responsable"

"Je me suis appuyé, par manque de temps, sur un étudiant dont je tairai le nom et à qui j'ai confié des travaux de recherche et de rédaction", explique le grand rabbin de France en guise de mea culpa dans un communiqué publié par L'Express. "Ce fut une terrible erreur. Ma confiance a été trahie. Les plagiats démasqués sur internet sont avérés", explique-t-il, évoquant "d'autres plagiats qui n'ont pas été identifiés à ce stade".

"Pour autant, je suis responsable", admet tout de même le responsable religieux. "Je demande pardon aux auteurs dont des textes ont été copiés." Gilles Bernheim affirme qu'il a demandé à son éditeur le retrait du livre des librairies... et de sa bibliographie.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.