Le cinéma en fête pour quatre jours

Coup d'envoi ce dimanche de la 31e Fête du cinéma. Jusqu'à mercredi soir, la séance est au tarif unique de quatre euros. Un moyen d'attirer les spectateurs dans les salles obscures. L’année dernière, trois millions d’entrées avaient été enregistrées malgré le beaux temps et la Coupe du monde.

(En 2014, plus de 3 millions d'entrées avaient été enregistrées lors de la fête du cinéma. © SIPA RICHARD B.)

Après une baisse de fréquentation de 7% depuis le début de l'année, c’est un nouvel élan qu’espèrent trouver les salles obscures avec cette 31ème Fête du cinéma qui débute ce dimanche pour quatre jours.

Le prix attractif, quatre euros pour tout le monde et pour chaque séance, est l’occasion d'attirer les spectateurs. D’autant plus que les propositions sont alléchantes avec notamment de grosses productions hollywoodiennes comme Jurassic World et Vice Versa  qui paradent en ce moment en tête du box-office.

Président de la fédération nationale du cinéma français, Richard Patry se montre confiant : "Avec le mois de mai, les gens ont pris l’habitude du beau temps. Alors on peut consacrer deux heures pour voir un beau film entre la sortie en ville ou en forêt et le barbecue. Quatre euros c’est le tarif promotionnel du cinéma et c’est une belle réduction", souligne-t-il.

Un marché du cinéma français morose

Cette Fête du cinéma est aussi un moment important pour le cinéma français, en difficulté depuis quelques mois. La part de marché sur les cinq premiers mois de l'année est en baisse de dix points. Pourtant, de nombreux films valent le détour. Pourquoi ne pas aller à la rencontre d’Isabelle Hupert et Gérard Depardieu dans Valley of love . POurtant plébiscité par la critique, le film n'a réuni que 80.000 spectateurs en une semaine. Autre coup de cœur, la comédie de Bruno Podalydès Comme un avion .

Loin de la France et d’Hollywood, Anna Muylaert et Deniz Ergüven nous livrent deux instantannés touchants et forts de leur pays, à savoir le Brésil, avec Une seconde mère , et la Turquie avec Mustang .

Richard Patry est forcément déçu par ces résultats mais reste optimiste : "Depuis le début d’année, on a un record historique de films français en production. On va avoir une très belle fin d’année", prédit-il, et le cru 2016 "sera fabuleux".

Les conseils de Florence Leroy pour cette Fête du cinéma
--'--
--'--