La Chine renforce son contrôle sur internet

Pour accéder à internet, il faudra désormais donner son identité réelle.

Un Chinois joue en ligne dans un café internet dans la ville de Huaibei (Chine), le 20 juillet 2011.
Un Chinois joue en ligne dans un café internet dans la ville de Huaibei (Chine), le 20 juillet 2011. (XIE ZHENGYI / IMAGINECHINA / AFP)

Fini l'anonymat sur internet en Chine. Le pays durcit sa législation, a annoncé vendredi 28 décembre l'agence Xinhua. Officiellement, il s'agit de protéger les données personnelles. Mais les détracteurs y voient une manière de limiter la liberté d'expression.

Selon le compte Twitter de l'agence Xinhua, la Chine a adopté vendredi "des règles pour améliorer la protection des informations personnelles en ligne et pour sauvegarder les intérêts publics, ce qui oblige les utilisateurs de l'Internet à s'identifier auprès des fournisseurs de service lorsqu'ils concluent un accord d'accès sur le web". En clair, des contenus anonymes pourront être considérés comme illégaux et supprimés.

Un texte pour bloquer les dissidents ?

Cette nouvelle mesure intervient après plusieurs affaires gênantes pour le pouvoir et dont le web s'était fait l'écho, comme l'affaire Bo Xilai ou encore l'accident en Ferrari du fils d'un haut dirigeant. Il arrive déjà souvent que la Chine interdise certains mots grâce à sa "Grande muraille de Chine numérique".

Le site spécialisé ZDNet explique que pour obtenir un accès personnel à internet, il faut déjà fournir son identité avec une copie du passeport, mais l'accès reste plus anonyme dans les cybercafés. Selon le site, "la principale inquiétude repose désormais sur les dissidents en ligne, pour qui l'anonymat est en Chine une chance supplémentaire, sinon une garantie, de sécurité. Cela n'interdira pas l'utilisation de pseudonymes sur les services en ligne, mais il sera bien plus facile de les relier à un internaute identifié".