Kim Dotcom : "Les pionniers sont diabolisés"

Le fondateur de Megaupload, réclamé par les Etats-Unis pour violation de droits d'auteur, vient de lancer Mega, son nouveau site de partage de fichiers. "Le Nouvel Observateur" l'a interviewé. Morceaux choisis.

Le sulfureux fondateur de Megaupload, Kim Dotcom, a lancé, le 20 janvier 2013, depuis Auckland (Nouvelle-Zélande), son nouveau site de partage de fichiers, Mega.
Le sulfureux fondateur de Megaupload, Kim Dotcom, a lancé, le 20 janvier 2013, depuis Auckland (Nouvelle-Zélande), son nouveau site de partage de fichiers, Mega. (MICHAEL BRADLEY / AFP)

"Mega et Megaupload n'ont rien en commun", martèle Kim "Dotcom" Schmitz. Le sulfureux fondateur de Megaupload, a lancé, dimanche, son nouveau site de partage de fichiers, Mega. L'Allemand de 39 ans, réclamé par les Etats-Unis pour violation de droits d'auteur, n'a pas choisi cette date par hasard. Le lancement a eu lieu un an jour pour jour après la perquisition de son manoir par la police néo-zélandaise. 

Selon son fondateur, le service de stockage en ligne a attiré un million de visiteurs au cours des quatorze premières heures et plus de 500 000 utilisateurs inscrits. Et Kim Schmitz s'est même excusé, mardi 22 janvier, des ratés enregistrés par Mega, victime selon lui de son succès, comme le rapporte Le Monde. Actuellement en liberté sous caution en Nouvelle-Zélande, il s'est aussi confié dans un long entretien au Nouvel Observateur, qui note par ailleurs que le site de Kim Schmitz abrite des fichiers de téléchargements illégaux. Morceaux choisis.

L'hébergement de fichiers illégaux

"Ni Megaupload, ni Mega n'ont été développés pour héberger des contenus illégaux. Nous offrons juste du stockage à nos utilisateurs."

"Nous sommes juste une bande de développeurs passionnés par notre boulot. Ni criminels, ni mafieux. On tente simplement d'innover, de repousser les limites. Pour preuve : MegaUpload était devenu l'un des sites les plus visités au monde ! Mais comme souvent, les pionniers sont diabolisés. Dans quelques années, on s'en amusera." 

Google, Apple, Mega : même combat

"S'ils s'attaquent à Mega, alors ils devront aussi s'attaquer à Dropbox, iCloud, Skydrive et les autres. C'est difficilement concevable. Ils vont sûrement scruter de près Mega pour chercher toutes les failles, mais nous sommes confiants. Nous avons validé le moindre aspect du site avec notre équipe légale."

"C'est le même problème pour tous les services de stockage en ligne. Tapez 'Film complet' sur YouTube, et vous verrez de nombreux films piratés qui traînent depuis plus d'un an, amassant des milliers de vues. Le FBI va-t-il faire un raid chez Google pour les millions de contenus illégaux hébergés par YouTube ? J'en doute."

Un éventuel procès Megaupload

"La saisie des avoirs, les arrestations et les écoutes ont été déclarées illégales par la justice. J'ai même reçu les excuses publiques du Premier ministre néo-zélandais ! Il a été démontré qu'une collusion politique a été utilisée contre nous pour passer outre les procédures judiciaires normales. Pire, les Etats-Unis n'ont apporté aucune preuve de leurs accusations. Je pense même que le procès de Megaupload n'aura pas lieu car ils s'exposeraient à une situation embarrassante."

Les futurs petits frères de Mega

"Pour l'accès à des musiques, des films ou des séries, nous développons actuellement des services annexes baptisés MegaBox et MegaMovies, le tout en lien avec les ayant droits. (...) Nous avons déjà entamé des négociations avec les majors. Nous travaillons ensemble pour mieux satisfaire les internautes"

"MegaBox sera un service qui va révolutionner le monde de la musique en ligne. Les artistes pourront se produire sur internet en touchant 90% des revenus générés. Ils pourront prendre le contrôle de leur distribution. MegaBox devrait être prêt dans six mois environ. Cela demande un énorme travail de développement et de tractation avec les artistes."