"Fifa 22" : du neuf sur les nouvelles consoles et un mode "carrière" plus intense

L'opus 2022 du célèbre jeu de simulation de football Fifa ne révolutionne pas le genre mais apporte quelques ajustements appréciables. Le test de franceinfo.  

Article rédigé par
Manu Font - franceinfo Culture
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
L'attaquant du PSG Kylian Mbappé est sans surprise l'une des vedettes de Fifa 22.  (EA Sports)

Comme chaque année à l'automne, Fifa sort du vestiaire avec un nouveau numéro sur le dos, mais sans forcément beaucoup de nouveautés. Souvent critiqué sur la toile pour son manque de prise de risque, le titre a encore été l’an dernier numéro 1 des ventes en France et on peut comprendre le peu d’intérêt d'Electronic Arts à vouloir trop modifier une telle machine à cash. 

Jeux vidéo : au fil des versions, le succès de FIFA ne se dément pas
France 3

Les licences majeures du football sont toujours là, comme la Champions League ou les gros championnats européens et mis à part quelques cadors de la ligue italienne absents (Juventus, AS Rome, Lazio...), les fans de foot devraient encore une fois y trouver leur compte. 

Les vieilles consoles sur le banc 

La nouveauté majeure cette année, c’est “l’hypermotion”, une nouvelle technologie qui a permis au studio d’enregistrer en temps réel les mouvements de 22 joueurs pendant une vraie partie de foot. Le résultat est assez visible sur le terrain, les joueurs ont des comportements plus réalistes et même s’il est difficile d’identifier précisément les changements, les parties paraissent plus vivantes. Le jeu est plus lent, vos équipiers se replacent mieux et les trajectoires de la balle font plus “vraies” notamment lors des passes en profondeur ou des longues transversales. 

Mais cette technologie gourmande en ressources ne sera accessible qu’aux heureux possesseurs de consoles NextGen, les autres devront se contenter d’une version édulcorée. 

Des gardiens au top 

Longuement critiqués l’an passé pour être de véritables passoires, les gardiens ont bénéficié d’une mise à niveau salvatrice et sont capables désormais d’arrêts stupéfiants. Trop “cheatés” diront certains, mais ils pourraient avoir l’avantage de rééquilibrer un jeu dont les scores fleuves de la saison passée semblaient bien loin d’une vraie simulation de football. La défense en général a été revue et semble un peu plus pertinente même si elle reste difficile à maîtriser.  

Tout le monde à l’entraînement 

Autre changement bienvenu dans les modes "carrière" et "club pro", où vous incarnez un seul joueur : l’apparition d’un système de progression par l’expérience. Votre future star débute au niveau 1 et doit accomplir des objectifs pendant les matchs pour progresser. Chaque niveau débloque des points d’aptitude à répartir dans des caractéristiques de tir, de vitesse ou encore de dribble. Des bonus temporaires comme améliorer le gardien en fin de match ou augmenter votre endurance viennent compléter le tableau, mais sont limités en nombre et doivent être choisis avec discernement. Le système apporte un souffle nouveau et est tellement motivant qu’on en vient à faire les entraînements soi-même au lieu de les simuler pour gagner plus d’XP.   

Moi président 

Les habitués du mode "manager", où l’on prend la place d’entraîneur et de directeur sportif d’un club, vont pouvoir prendre du galon et passer au statut de président. Maillots, stades, écusson, il est désormais possible de créer son propre club. On peut donc choisir d'investir celui de son quartier avec des jeunes prometteurs et un centre d’entraînement performant où d’inventer un nouveau géant du foot au budget et à l’ambition démesurée. Tout est paramétrable et laisse une grande liberté aux joueurs, une option qui était demandée depuis longtemps et qui devrait ravir les Alex Ferguson de demain. 

Ne change pas de FUT 

Pas grand-chose de neuf dans le très populaire et très rentable mode FUT qui permet de construire sa propre équipe en achetant les cartes des meilleurs joueurs parmi les centaines qui sortent tout au long de l’année, si ce n’est la progression dans les divisions qui bénéficie de paliers empêchant de redescendre en cas de défaites trop régulières. Chaque match joué permet de marquer des points, le système devrait donc récompenser les joueurs les plus actifs et pas seulement les plus forts. Les meilleurs, eux, pourront participer à FUT Champions dont le rythme sera un peu moins soutenu avec 20 matchs par week-end au lieu de 30.

En conclusion, il y a peu de nouveautés à se mettre sous la dent pour cette cuvée 22 de la simulation phare de football. Il faut plutôt compter sur des ajustements plutôt bienvenus pour un jeu qui reste toujours très efficace. “L’hypermotion” apporte un léger plus mais son absence sur les anciennes consoles risque de créer surtout de la déception chez leurs nombreux possesseurs. Si les nouveaux Fifa ressemblent souvent à des mises à jour plus qu’à des jeux originaux, c’est aussi parce qu'Electronic Arts n’a pas vraiment intérêt à changer une équipe qui gagne. Beaucoup de joueurs aiment retrouver les mêmes sensations et attendent surtout de pouvoir jouer (ou contrer) Leo Messi ou Kylian Mbappé sous le maillot du PSG. 

"Fifa 22" est disponible le 1er octobre sur PS4 et PS5 – Xbox One et Series – Switch - PC.

Découvrez également les autres sorties jeux vidéo du mois d'octobre : 

Jeux vidéo : on joue à quoi en octobre ?

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Jeux Vidéo

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.