Bugs, épilepsie, polémiques... le jeu vidéo phénomène "Cyberpunk 2077" attise les critiques

Doté de l'un des plus gros budgets de l'histoire du jeu vidéo, le blockbuster "Cyberpunk 2077" divise profondément la communauté des gamers. La beauté de ses décors n'efface pas de nombreux points négatifs, entre problèmes techniques et omniprésence d'objets sexuels.

Article rédigé par
Camille Belsoeur - franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Une scène du jeu "Cyberpunk 2077".  (Capture d'écran du jeu "Cyberpunk 2077".)

Comme les personnages qui hantent la déjantée "Night City", la ville futuriste, violente et grouillante d'humanoïdes qui sert de décor à "Cyberpunk 2077", les gamers qui ont pu tester le jeu vidéo sorti le 10 décembre sont en train de perdre la tête.

Développé par le studio polonais à succès CD Projekt Red (CDPR), qui était derrière l'énorme carton de "The Witcher", le jeu "Cyberpunk 2077" était très attendu par les joueurs du monde entier après les bandes-annonces prometteuses diffusées depuis le lancement du projet. Doté d'un budget faramineux de 270 millions d'euros et de têtes d'affiche telles que l'acteur Keanu Reeves, qui a prêté son visage à l'un des personnages virtuels, "Cyberpunk 2077" avait tous les atouts en main pour devenir un jeu culte sur PC, Xbox et Playstation. 

"On est à des années-lumière de l'écriture d'un Witcher 3"

Une partie de la critique salue d'ailleurs le gameplay et la richesse de "Night City". Le site metacritic.com dote "Cyberpunk" d'une excellente note de 90 sur 100, basé sur 52 opinions différentes et évoque : "Une histoire d'action et d'aventure, dans un monde ouvert, qui se joue à Night City, obsédée par le pouvoir, le glamour et des modifications de corps". Pour The Digital Fix, cet opus "porte le jeu en monde ouvert vers une nouvelle génération", alors que Gameblog.fr évoque "un chef-d'oeuvre".

Des louanges dithyrambiques pas vraiment du goût de tous. Sur son compte Twitter, l'influent ExServ, ex-Gamekult, vidéaste et auteur, a dit sa grande déception alors qu'il a pu tester le jeu en avant-première. "Moi je suis dégoûté, ça fait cinq jours que j'en reviens pas du naufrage tellement, on est à des années-lumière de l'écriture d'un Witcher 3. Tout le gameplay du jeu est moyen (...) l'infiltration, la conduite et les gunfights sont bof...", a t-il notamment écrit sur Twitter. 

Autre critique majeure du jeu : une overdose de sexe. Pour ExServ, l'histoire est "aussi subtile qu'un film de série B des années 90, du cul, du cul, du cul, de l'action et encore du cul derrière". On retrouve de nombreux avis identiques sur le forum de jeuxvideo.com, et plus largement sur les réseaux sociaux où des gamers s'interrogent sur la présence un peu partout de sextoys. "C’est complètement abusé de la part de CDPR. Je ne parle pas seulement des gods qui sont omniprésents, je parle du contenu sexuel. Déjà que le jeu est ultra violent, maintenant on assiste à un jeu hyper sexualisé", dit par exemple Damien766 sur le forum. 

Le risque de la crise d'épilepsie

Une critique en écho à une polémique qui avait agité la communauté de fans en août 2018. Le compte Twitter de "Cyberpunk 2077" (qui laisse au joueur la possibilité de choisir un personnage transgenre) avait publié un tweet jugé transphobe. Un joueur s'était permis d'indiquer son impatience à la suite d'un post en disant : "J'en veux plus les gars". Ce à quoi le compte du studio polonais avait répondu : "Avez-vous assumé leur genre ?"

Le diable se niche dans les détails. Si, à première vue, cette réponse n'a pas une grande signification auprès des spectateurs, la réplique "Avez-vous assumé mon genre ?" est depuis des années une référence très utilisée par des internautes pour moquer des gens qui réclament que l'expression de leur genre soit respectée, comme le rapporte Polygon, un site américain spécialisé dans les jeux vidéo

L'équipe de "Cyberpunk 2077" s'était ensuite excusée dans un autre tweet en expliquant : "Pardon à tous ceux que nous avons offensé dans l'une de nos réponses publiées un peu plus tôt sur notre compte. Blesser qui que ce soit n'a jamais été notre intention."

Mais il y a encore plus embêtant pour les créateurs du jeu. Depuis plusieurs mois, des testeurs se sont plaints des graphismes qui risquent de provoquer des crises d'épilepsie chez les joueurs, comme le rapporte l'AFP. La sortie du jeu avait été retardée deux fois en 2020 pour cette raison. L'une des scènes de Cyberpunk 2077 serait particulièrement propice au déclenchement de crise d'épilepsie chez les personnes photosensibles. Pas forcément l'idéal pour motiver les gamers à dépenser leurs sous pour cette grosse production.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.