"Friends" : les raisons de l'énorme succès de la série culte des années 1990

Avec près de 10 ans de diffusion et 230 épisodes, "Friends" a traversé les générations. Les fans pleurent désormais la mort de Matthew Perry, l'acteur qui incarnait Chandler.
Article rédigé par Thomas Pontillon - édité par Lou Bes
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Matthew Perry, Lisa Kudrow, Jennifer Aniston et David Schwimmer, acteurs de Friends, en 2000 à Pasadena (Etats-Unis). (LUCY NICHOLSON / AFP)

Des fleurs déposées en ce moment devant l'immeuble de Friends à New York. Les hommages continuent après la mort de Matthew Perry, l'acteur qui incarnait Chandler Bing dans Friends, à l'âge de 54 ans. Le comédien a été retrouvé inconscient dans son jacuzzi à son domicile de Los Angeles, dimanche 29 octobre.

Sa mort a été un choc pour de nombreux fans car cette série a touché plusieurs générations. Cela s'explique d'abord par la longévité de Friends. Ceux qui ont aujourd'hui entre 40 et 45 ans étaient adolescents lorsqu'ils ont pu voir à la télévision le premier épisode, en 1994, puis ont grandi avec les personnages jusqu'au dernier épisode en 2004.

Dix ans de diffusion qui ont touché d'années en années un public toujours plus large, d'adolescents, de jeunes adultes et leurs parents. Sans compter les rediffusions (encore aujourd'hui) des quelque 230 épisodes. Et pour ceux qui ont vingt ans aujourd'hui, c’est-à-dire ceux qui n'ont pas acheté les coffrets DVD ou VHS des saisons de Friends, il y a les plateformes. Netflix possède les droits de cette série qui séduit encore aujourd'hui un public jeune.

Une série progressiste (mais parfois critiquée)

Un succès qui s'explique pour plusieurs raisons : d'abord, c'est une bande d'amis attachante avec des personnages auquel on peut s'identifier dès le premier épisode. Les caractères sont posés avec Monica la maniaque, Ross le premier de la classe, Phoebe la loufoque ou encore Chandler avec son humour, mélange de sarcasme et d'autodérision. 

L’humour explique une partie du succès de la série, mais aussi son côté novateur. Ceux qui ont regardé Friends ont assisté par exemple dans les années 1990 au premier mariage entre deux femmes dans une série grand public, diffusée dans le monde entier. Le père de Chandler aussi est devenu une femme. Ça, c'est l'aspect progressiste de la série. Mais certaines blagues sont aujourd'hui critiquées ou passent moins bien. Par exemple l'obésité de Monica, lorsqu'elle est jeune, est régulièrement moquée. L'absence de diversité est aussi épinglée par la nouvelle génération qui découvre cette série, vieille de presque 30 ans pour le premier épisode.

L'anxiété de Mathew Perry 

La génération qui a vieilli avec eux les a retrouvés en 2021 pour un épisode spécial. Un épisode unique ou les six se retrouvent dans le décor de la série, où on découvre qu'ils ont changé physiquement. Notamment Matthew Perry, qui après des années d'addiction a visiblement du mal à articuler mais qui avait raconté à quel point il était attaché au personnage de Chandler.

Matthew Perry, qui incarnait le personnage le plus drôle de Friends, précisait récemment qu'il souffrait "tous les soirs" d'anxiété pendant le tournage de Friends. "J'avais l'impression que j'allais mourir si le public ne riait pas. Ce n'était pas très sain. Parfois je disais une réplique, le public ne riait pas, je transpirais, je commençais à convulser, ça me faisait paniquer", avait-il confié.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.