Cet article date de plus d'un an.

Finistère : des milliers de schtroumpfs ont déferlé sur Landerneau pour tenter d'établir un nouveau record du monde

Les petits personnages bleus, imaginés par le dessinateur belge Peyo, n'ont pas fini de faire des émules. A Landerneau, beaucoup se sont déguisés le 25 mars pour renouveler un exploit, à savoir réunir le plus grand nombre de schtroumpfs, en espérant que le record soit validé par le Livre Guinness.
Article rédigé par franceinfo Culture avec AFP
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min
Des personnes habillées en Grand Schtroumpf (avec un chapeau rouge) et en Schtroumpfs participant à un rassemblement record de Schtroumpfs à Landerneau, dans l'ouest de la France, le 25 mars 2023. (FRED TANNEAU / AFP)

Commerces décorés, passants grimés en bleu : des milliers de schtroumpfs ont convergé vers Landerneau (Finistère) samedi 25 mars. Pas pour manifester contre la réforme des retraites, ni contre le Grand Schtroumpf, mais pour une nouvelle tentative de record du monde, après celle qui avait fait le buzz en 2020 en pleine épidémie de Covid-19.

"C'est une manifestation pour la joie de vivre. On espère vraiment exploser le compteur", sourit Christelle Merour, 50 ans, dans son salon de coiffure, où tous les employés sont déguisés comme les célèbres personnages de l'auteur belge Peyo.

"Le fait d'avoir ce genre de petits événements, ça fait du bien aux gens, ça donne du baume au cœur. Si les gens s'amusent, c'est le principal", ajoute Morgane Derrien, 25 ans, elle aussi déguisée en schtroumpfette à ses côtés.

Corps et visages peints en bleu, pantalons et bonnets blancs ou rouges : schtroumpfs, schtroumpfettes ou grands schtroumpfs ont commencé à se rassembler dès le début d'après-midi dans la petite ville bretonne (16 000 habitants), à 25 km à l'est de Brest. Beaucoup de commerçants se sont prêtés au jeu en décorant leurs vitrines de figurines, BD ou autocollants de schtroumpfs.

Des personnes déguisées en Grand Schtroumpf et en Schtroumpfs marchent alors qu'elles participent à un rassemblement record de Schtroumpfs à Landerneau, dans l'ouest de la France, le 25 mars 2023. (FRED TANNEAU / AFP)

 "Les Schtroumpfs représentent une image de gaîté et c'est simple de se déguiser. On n'est pas obligé d'acheter un costume", vante Jules Lesieur, co-président de l'association organisatrice du carnaval de Landerneau, pour expliquer la popularité de ce rassemblement, le deuxième du genre en trois ans.

Un record à "schtroumpfer" 

Officiellement, c'est toujours la petite commune allemande de Lauchringen, à la frontière germano-suisse, qui détient le record mondial du plus grand rassemblement de schtroumpfs, avec 2 762 participants le 16 février 2019.

Un an plus tard, le 7 mars 2020, Landerneau avait pourtant battu ce record en accueillant 3 549 Schtroumpfs. Mais l'exploit n'avait pas été validé par le Livre Guinness, en raison d'un document manquant, selon les organisateurs.

Non homologuée, la tentative de 2020 avait néanmoins fait du bruit dans Landerneau... et jusqu'au-delà des Alpes. Certains médias d'Italie, où 60 millions de personnes étaient alors confinées en pleine épidémie de Covid-19, avaient critiqué une manifestation "irresponsable".

"Il ne faut pas qu'on s'arrête de vivre non plus tant qu'on peut, c'était l'occasion de dire aussi qu'on est en vie!", avait défendu Patrick Leclerc, maire divers droite de Landerneau. Ce n'est qu'au lendemain du rassemblement que le préfet du Finistère avait interdit les rassemblements de plus de 1000 personnes.

La vidéo du rassemblement avait été vue des centaines de milliers de fois. La tentative de record du monde, destinée à faire connaître le festival de Landerneau, avait "dépassé toutes nos attentes", a confié à l'AFP Alain Péron, l'un des organisateurs de l'événement. Avant l'Allemagne, le précédent record était détenu par des étudiants gallois, qui l'avaient établi à 2 510 participants en 2009 à Swansea, selon le site du Guinness World Records.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.