Cet article date de plus de neuf ans.

Etats-Unis. Des nounous accusées d'avoir organisé des combats d'enfants

Trois nourrices de l'Etat du Delaware sont soupçonnées d'avoir forcé des enfants dont elles avaient la charge à se battre entre eux.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un jeune garçon déguisé en boxeur. (GETTY IMAGES / FLICKR RF)

BUZZ - Un fight club pour enfants : voilà ce qu'auraient organisé trois nourrices de Dover, dans l'Etat du Delaware (Etats-Unis) d'après le site américain FoxNews.com.

Employées de la société The Hands of Our Future Daycare, Tiana Harris (19 ans), Lisa Parker (47 ans) et Estefania Myers (21 ans) auraient incitées les enfants dont elles avaient la garde à se battre entre eux. Elles ont été arrêtées, lundi 20 août, après la découverte d'une vidéo sur un téléphone portable.

Une vidéo "difficile à regarder" selon la police locale

La police de Dover a rapporté que la vidéo en question montre une scène surréaliste : alors qu'un enfant hurle "Il me pince !", une de ses nourrices lui aurait répondu : "Pas de pincement, juste des coups de poing !"

Cette vidéo, qui date du mois de mars, semble prouver que deux nourrices incitaient les enfants, âgés de 3 ans, à se battre, tandis que la troisième filmait. "Ce fut difficile à regarder", a confié Tim Stump, le capitaine de la police de Dover, à FoxNews.com.

La police a cependant précisé qu'aucun enfant ne souffrait de blessures sérieuses, même si "il est parfaitement clair qu'ils se faisaient du mal les uns aux autres."

Un seul ou plusieurs combats ?

Amy Bickerling, dont le fils de 4 ans a été pris en charge par la garderie, a fait part de sa surprise après l'arrestation des nourrices : "Je connaissais ces éducatrices. Je participe à toutes les sorties organisées. Je n'ai jamais rien remarqué de bizarre", a-t-elle déclaré au site Delaware Online.

L'enquête suit son cours. Rien ne prouve que les combats auraient été organisé plus d'une fois, mais les autorités poursuivent les auditions de témoins. Selon Tim Stump, les suspectes seraient "coopératives". Elles sont accusées de coups et blessures mettant en danger la santé d'enfants, de conduite dangereuse et de conspiration.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Culture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.