L'école du smartphone forme des experts #IlsOntLaSolution

Publié
Article rédigé par
France Télévisions

Si l'on apprenait à réparer soi-même son portable pour en faire son métier ? C'est possible grâce à une formation proposée par l'école du smartphone près d'Avignon. Une démarche écologique et économique.

Lorsqu'un téléphone portable ou une tablette tombe en panne, inutile de courir en acheter un autre. Apprendre à démonter la batterie, ouvrir la carte mère, changer un écran : c'est désormais possible à l'école du Smartphone. L'établissement qui a vu le jour non loin d'Avignon, forme des réparateurs de smartphones endommagés. 

On recycle les objets et puis c'est à moindre coût plutôt que d'acheter du neuf. Je pense que c'est un métier d'avenir.

Nadine Ondel

participante

Métier d'avenir et respectueux de l'environnement

Réparer soi-même son téléphone portable s'inscrit donc dans une démarche écologique et économique. Consommer responsable est un vrai enjeu de société, car le reconditionnement à neuf permet de lutter contre l'obsolescence programmée des appareils. Cette formule toute trouvée par les entreprises pour réduire la durée de vie des produits et soutenir la consommation. Plus de 90% des ménages français sont équipés de smartphone, ainsi le marché de la réparation et de la maintenance est exponentiel depuis quelques années. 

Une école pour former de véritables experts

Aujourd'hui, le secteur de la téléphonie offre de réelles opportunités. L'école du Smartphone a pour objectif de former des réparateurs professionnels. Ces experts maitriseront la technologie très complexe de ces appareils. Ils seront capables d'effectuer de la micro-soudure pour réparer certains composants. Installé à quelques kilomètres d'Avignon, ce centre agrée accueille des stagiaires moyennant 1800 euros pour un stage de 15 jours. L'établissement a signé une convention avec Pôle Emploi afin de permettre à des demandeurs d'emploi d'acquérir, eux aussi, les bases de ce nouveau métier.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.