Les restaurants du groupe Costes accusés de trier les clients en fonction de leur beauté

D'après une ancienne hôtesse, qui témoigne dans "Le Canard enchaîné", le personnel a pour consigne de placer les clients "beaux" à l'avant du restaurant, et les "pas beaux" au fond.

Le restaurant Georges, du groupe Costes, au Centre Pompidou, à Paris.
Le restaurant Georges, du groupe Costes, au Centre Pompidou, à Paris. (RIEGER BERTRAND / HEMIS.FR / AFP)

"Les beaux devant, les moches derrière" : dans un article du Canard Enchaîné du mercredi 6 novembre, deux anciennes hôtesses du restaurant Georges, chic établissement du groupe Costes situé au sixième étage du Centre Pompidou, dans le 4e arrondissement de Paris, raconte comment les clients sont "triés".

D'après l'une de ces hôtesses, le personnel a pour consigne de placer les clients "beaux" à l'avant du restaurant, et les "pas beaux" au fond. Ces derniers "sont impérativement expédiés dans les coins de salle, où on les voit le moins possible. Gare à celle qui se goure, c'est l'engueulade assurée", indique Le Canard enchaîné. Le patron Gilbert Costes vient lui-même, parfois, rappeler la consigne. "Il nous serine les principes de la maison, dont il est très fier, vu qu'il les a inventés", continue la jeune femme interrogée par l'hebdomadaire satirique.

Une responsable du restaurant Georges interrogée par Le Canard enchaîné n'a pas démenti l'information, tout en précisant : "C'est compliqué de vous répondre." Contactée par Le Parisien.fr, la direction du groupe Costes se refuse, elle, à tout commentaire. "C'est une critique récurrente qui ne reflète pas la politique de chez Costes et cela ne sert à rien de monter cette affaire en épingle", assure le service de communication.