Cet article date de plus de deux ans.

Bretagne : le pâté de porc Hénaff, un incontournable du Pays bigouden

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min
Bretagne : le pâté de porc Henaff, un incontournable du Pays Bigouden
Bretagne : le pâté de porc Henaff, un incontournable du Pays Bigouden Bretagne : le pâté de porc Henaff, un incontournable du Pays Bigouden (France 2)
Article rédigé par France 2 - J.Van Hove, J-M.Mier, J-L.Cesco, P.Ngankam
France Télévisions
France 2

Le pâté de porc Hénaff est une institution de la gastronomie française. Depuis un siècle, sa recette est un succès. L'entreprise familiale favorise les circuits courts et travaille avec une vingtaine d'éleveurs situés à proximité de Pouldreuzic, dans le Finistère. 

La célèbre petite boîte bleue est née à Pouldreuzic (Finistère), en Bretagne, en 1915. Le pâté de porc Hénaff, facilement reconnaissable, est aujourd'hui un véritable symbole du patrimoine français. Les connaisseurs l'appellent "le pâté du marin". "C'est un incontournable de Bretagne", explique un homme, interrogé par les équipes de France Télévisions. La recette est tenue secrète depuis quatre générations. "C'est beaucoup de simplicité, le pâté Hénaff. Avec des ingrédients tout simples, sel, poivre, épices", commente un boucher.

Ouverture à l'agriculture bio 

À l'occasion des 100 ans de l'entreprise, Loïc Hénaff a inauguré la maison du pâté Hénaff, au sein de l'ancienne ferme de son arrière-grand-père, le fondateur Jean Hénaff. "Ce qui unit les différentes générations qui se sont succédées à la tête de l'entreprise (…), c'est la prospérité du territoire. En transformant les matières premières et en les rendant exportable au-delà du Pays bigouden", explique ce dernier. 12 000 boîtes de pâté sont produites par heure, et 30 millions par an. La petite entreprise familiale emploie 290 salariés. "C'est une fierté de travailler ici", confie Gilles Briec, fidèle au poste depuis 33 ans, qui espère "voir les 150 ans". Depuis deux ans, la marque a élargi sa marque et mise sur le bio local.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.