Au Mucem, à Versailles ou à la BnF : trois expositions mode à découvrir en virtuel en attendant la réouverture des sites

Les expositions de mode sont dans l'attente de la réouverture des musées. Pour combler l'absence, le format digital permet de découvrir ou revoir des expositions passées. Trois exemples à suivre.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Exposition "Vêtements modèles" au Mucem à Marseille en 2020 (ALDO PAREDES)

En attendant la réouverture des musées, l'exposition virtuelle est un excellent moyen de patienter. Ainsi depuis décembre 2020 des visites privées en ligne commentées, sur réservation, permettent la découverte de l'exposition Jean à la Cité des Sciences à Paris : dans un décor qui évoque un grand atelier, le visiteur devient historien, couturier, top-modèle... mais aussi consommateur éclairé. Le Mucem à Marseille, quant à lui, propose l'exposition Vêtements modèles tandis que le Château de Versailles plonge dans le temps avec La mode à Versailles. La Bibliothèque nationale de France est elle aussi riche en pépites. Suivez le guide, voici le mode d'emploi de ces visites virtuelles.

"Vêtements modèles" au Mucem, à Marseille

L'exposition Vêtements modèles a été présentée au Mucem en 2020. Du débardeur au jogging en passant par le bleu de travail, le kilt et l’espadrille, elle propose de suivre le parcours de cinq vêtements qui ont traversé le temps et les modes. Comment le débardeur ou le bleu de travail, conçus pour habiller des métiers, se sont-ils imposés comme des sources d’inspiration ou comme des basiques de l’industrie de la mode ? Pourquoi le kilt et l’espadrille, associés à des géographies précises, ont-ils connu une diffusion mondiale jusqu'à être adoptés dans le vestiaire courant ? Quels chemins le jogging emprunte-t-il pour s’affranchir de l’usage sportif et devenir l’un des emblèmes de la culture urbaine ?

À rebours de l’image d’une mode appuyée sur le cyclique et l’éphémère, ces itinéraires s’inscrivent dans un temps long de plusieurs siècles. À l’heure où l’on s’interroge sur la notion de durabilité, ils mettent en lumière les notions d’artisanat et de patrimoine et évoquent les enjeux de conservation et de sauvegarde qui les accompagnent.

Jacques Henri Lartigue. Renée Perle. 1930, Juan-les-Pins. Tirage moderne d’après négatif original recadré selon l’œuvre présente dans l’album de 1930. Donation Jacques Henri Lartigue, Charenton-le-Pont. (Ministère de la Culture (France), MAP-AAJHL)

La visite virtuelle permet de parcourir l'exposition composée de neuf salles. Il suffit de zoomer pour lire les textes accrochés sur des panneaux aux murs, pour voir de plus près des photos et pour admirer des vitrines de vêtements... 200 pièces (prêt-à-porter, haute couture mais aussi sous-vêtements) sont présentés en dialogue avec des dessins, estampes, photographies, films, clips et archives.

"La mode à Versailles" au Château de Versailles 

Il faut garder en mémoire que la mode de Versailles inspire encore aujourd'hui les grands créateurs. Le château de Versailles, en partenariat avec le Google Cultural Institute, présente deux expositions virtuelles : "La mode à Versailles : Lui" et "La mode à Versailles : Elle". C'est dans les années 1780, sous le règne de Louis XVI, que se dessinent les tendances de la mode féminine et masculine. Paraître à la Cour n'est pas si simple alors pour ces messieurs qui découvrent frac, justeaucorps, gilet ou veste. Les silhouettes s'affinent, mais qui étaient les hipsters du XVIIIe siècle ? 

Ces deux expositions proposent de décrypter ces codes qui ont émergé autour de la figure iconique de Marie-Antoinette en offrant une succession de portraits commentés sur lesquels il suffit de zoomer pour admirer de plus près les tenues. 

Anonyme, d'après Louise-Elisabeth Vigée Le Brun (1755-1842) XVIIIe siècle Huile sur toile Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon Photo (RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot)

La gravure de mode, à la BnF

Chaque semaine, la Bibliothèque nationale de France met en avant des thèmes à explorer dans ses collections numériques. Dans la série "La BnF dans mon salon" - à retrouver sur le Facebook de la BnF et sur YouTube - des pépites des collections dont cette analyse d'une estampe coloriée tirée d'une suite de gravures sur la journée d'une femme de qualité (collection Hennin, 1693). Dans cette vidéo, Vanessa Selbach, conservatrice à la BnF, évoque l'essor de la gravure de mode en France à la fin du XVIIe siècle et présente le véritable inventeur de ce genre, le mystérieux peintre Jean Dieu de Saint-Jean...

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.