Cet article date de plus de neuf ans.

Un court métrage explore des reproductions humaines du XVIIIème siècle

Article rédigé par
franceinfo Culture - franceinfo
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un court métrage explore des reproductions humaines du XVIIIème siècle
 (Culturebox)

"Petite anatomie de l'image", un court métrage du réalisateur belge Olivier Smolders a été présenté au festival du court-métrage de Vendôme. Entièrement filmé au musée d'histoire naturelle de l'université de Florence, il prend pour sujet des reproductions en cire de corps humains disséqués.

Olivier Smolders partage avec nous la fascination un peu morbide que le genre humain entretient pour son propre corps. Et surtout pour ce que sera son corps lorsque celui qui l'habite ne sera plus là pour le voir. Plutôt que jouer sur l'ambiguïté qui se cache entre science et curiosité malsaine, comme les auteurs de l'exposition "Our Body" qui présentait de vrais corps figés entre vie et mort par un traitement à la plasticine, Olivier Smolders joue la carte artistique. De séquence en séquence, sans quitter son sujet, il offre des images de moins en moins cliniques, de plus en plus oniriques. "Petite anatomie de l'image" conjugue technique vidéo et poésie. De l'horreur figurée, on passe à l'émerveillement. Olivier Smolders ne cesse pourtant pas de filmer le même objet. On assiste grâce à lui à une espèce de transfiguration de la mort. Le court-métrage, seul, permet ce type de travail cinématographique prouvant, s'il en était besoin, qu'il est un genre à part entière.

A voir aussi sur culturebox :
- la vidéo Our Body, exposition polémique à Paris

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cinéma

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.