Trilogies, comics, jeux vidéo... Comment la série "The Mandalorian" fait le lien entre tous les univers Star Wars

Alors que la saison 2 de la série live de Lucasfilm arrive à son terme, les huit derniers épisodes ont fait voyager le grand pubic sur des planètes bien connues tout en introduisant des personnages appréciés par les plus initiés. Décryptage d'un phénomène qui vient relier les neuf principaux films de la saga intergalactique aux satellites les plus lointains de la galaxie Star Wars.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 11 min.
Dans leur quête, Mando et son enfant adoptif parcourent des mondes que les connaisseurs prennent plaisir à reconnaître. (LUCASFILM)

C'est une série qui aura marqué l'année, et pas uniquement pour les férus de la mythique saga. Après huit premiers épisodes qui avaient posé le décor et présenté les protagonistes fin 2019, la saison 2 de The Mandalorian - dont l'épisode final sort ce vendredi - a donné un sacré coup d'accélérateur à l'intrigue depuis le début de sa diffusion le 30 octobre. Les chapitres 9 à 15, disponibles sur Disney+, ont réussi la prouesse d'embarquer les fans de la première heure tout en ouvrant Star Wars à de nouveaux horizons.

Car la galaxie créée par George Lucas est gigantesque et va bien au-delà des trois trilogies sorties au cinéma. Du premier film en 1977 jusqu'à L'Ascension de Skywalker, découvert en salles il y a pile un an, c'est tout un univers étendu qui a vu le jour sous différentes déclinaisons : spin-off, séries animées, romans, comics ou encore jeux vidéo. Soit des centaines de personnages et de planètes plus ou moins connus du grand public, que Disney a décidé de réunifier depuis le rachat de Lucasfilm pour 4 milliards de dollars fin 2012. Et si The Mandalorian a d'abord cherché à imposer son propre style, la première série Star Wars en live action s'est peu à peu invitée sur des terrains qui ont mis tout le monde d'accord. Franceinfo a décortiqué le phénomème pour mieux comprendre comment cette saison 2 vient faire le lien entre une multitude de références longtemps éparpillées, tout en dévoilant une part de leurs mystères.

(Attention, cet article peut dévoiler des informations sur les sept premiers épisodes de la saison 2.)

Les trilogies : un retour aux sources du mythe

L'intrigue de The Mandalorian se situe cinq ans après l'épisode 6, Le Retour du Jedi, qui concluait la trilogie d'origine, et 25 ans avant l'épisode 7, Le Réveil de la Force, premier volet de la postlogie. Un choix idéal pour cibler à la fois les fans historiques et la nouvelle génération. "Il y a une vraie volonté de la part des showrunners de revenir à la genèse de Star Wars, de revenir dans l'ambiance des débuts avec cette ambiance western un peu 'cracra', des créatures bizarres", décrit Fabrice Leclerc, journaliste cinéma pour Paris Match. Pour ce fin connaisseur de la saga, le premier objectif des deux têtes pensantes de la série, Jon Favreau et Dave Filoni, était de "parler à tout le monde, de fédérer" : "C'est leur volonté couplée qui a créé The Mandalorian. Favreau a voulu revivre la magie de la première trilogie, le côté authentique, sans le déluge d'effets spéciaux de la prélogie. Et Filoni a apporté sa vision panoramique de Star Wars pour plonger progressivement le public dans les univers étendus". 

Le projet de la série, né en plein travail sur l'épisode 7 sorti en 2015, ne pouvait alors pas tenir compte de l'accueil très mitigé de la critique pour la postlogie version Disney. Malgré le désamour récent d'une partie de la communauté pas forcément séduite par les épisodes 8 et 9, The Mandalorian n'a donc pas pour but d'effacer la conclusion de la saga Skywalker des mémoires. Elle pourrait même faire le lien avec les derniers films et apporter des réponses à des questions encore en suspens : "On le devine dans le chapitre 12, quand Mando visite une base investie par l'Empire. La prochaine saison pourrait bien apporter des réponses sur la création de Snoke ou sur le retour de Palpatine dans l'épisode 9", imagine Fabrice Leclerc. Quant à la prélogie, les références sont loin d'être absentes puisqu'on sait désormais que Grogu (le vrai nom de "Baby Yoda") a été initié à la Force puis caché lors de la purge qui a suivi l'Ordre 66, qui visait à exterminer l'ensemble des Jedi. Tout est donc fait pour que ceux qui ne connaissent Star Wars que par les films puissent suivre la série.

Les séries animées : des personnages enfin mis en lumière

The Mandalorian a amorcé un vrai virage vers les univers étendus de Star Wars dès la fin de la saison 1, avant d'accélérer dans chaque épisode de la saison 2. Les références aux séries animés The Clone Wars et Star Wars Rebels se sont alors multipliées : "Le premier clin d'œil, c'est quand Moff Gideon apparaît dans le chapitre 8 avec le sabre noir, un vrai emblème de ces deux séries. C'est une arme mythique qui symbolise la lutte entre les Mandaloriens et les Jedi, explique LainAnksoo, critique littéraire sur le site Star Wars Universe. Dans Rebels, ce sabre est entre les mains de Bo-Katan Kryze, une Mandalorienne qui fait sa première apparition live dans le chapitre 11 de The Mandalorian.

Apparue dans la chapitre 13 de "The Mandalorian", Ahsoka Tano (Rosario Dawson) aura droit prochainement à sa propre série. (LUCASFILM)

Autre connexion encore plus évidente : la rencontre tant attendue du chapitre 13 avec la Jedi Ahsoka Tano, apprentie d'Anakin Skywalker et protagoniste des deux séries animées. "C'est un personnage très apprécié qui se retrouve pour la première fois interprété par une actrice (Rosario Dawson)", précise ce spécialiste de l'univers étendu. Des héros déjà connus des plus mordus se retrouvent donc propulsés sur le devant de la scène avec le succès de la série de Disney+. Le tout, de manière progressive et prudente, pour ne perdre personne en cours de route : "Les personnages sont suffisamment bien introduits pour pouvoir comprendre l'intrigue sans avoir vu les séries. Mais aussi pour donner envie de les voir pour en savoir plus", glisse LainAnksoo. 

"Cette saison 2 est une mine d'or de références pour les amoureux de l'univers étendu"

LainAnksoo

critique de livres Star Wars

Les livres et les jeux vidéo : la reconnaissance de l'univers étendu

Depuis le rachat de Lucasfilm par Disney, Star Wars est passé en vitesse lumière : trois films, deux spin-off et une série en l'espace de cinq ans, mais aussi une vraie volonté de réunir tous les éléments qui constituent le mythe de la saga dans un même vaisseau. "Avant l'arrivée de Disney, les films primaient sur tout le reste, remarque LainAnksoo, qui écrit des chroniques sur chaque livre de la saga. Depuis fin 2012, les séries, les romans, les comics, les jeux vidéo et tout ce qui est estampillé Star Wars est considéré comme 'canon'. Il y a un désir d'harmonisation des contenus, orchestré par un groupe de travail dédié chez Lucasfilm." Chaque personnage aperçu dans une BD ou un jeu Star Wars est donc aujourd'hui susceptible de se retrouver porté à l'écran.

C'est par exemple le cas du Grand amiral Thrawn : ce méchant emblématique de l'univers étendu Légendes est au cœur l'intrigue de la trilogie de romans La croisade noire du Jedi fou, de Timothy Zahn. C'est lui qui recherché par Ahsoka Tano dans le chapitre 13 de The Mandalorian. "Autre référence, la planète Tython du chapitre 14 nous provient du comic Docteur Aphra", ajoute LainAnksoo. De la même façon, le marshal de Tatooine Cobb Vanth, vu au début de la saison 2, est une déclinaison live d'un héros de l'univers étendu, puisqu'il est issu de la trilogie de romans Riposte. Et les jeux vidéo Star Wars ne sont pas en reste : l'opération Cendres, évoquée dans le chapitre 15, est une bataille issue du jeu Battlefront II, sur PC, PS4 et Xbox One. Tout comme les impressionnants Dark Troopers qui enlèvent Grogu, déjà présents dans le jeu Dark Forces sorti en 1995. "Pour tous les fans qui se documentent par tous les moyens sur Star Wars depuis des années, c'est passionnant de voir que tous les éléments de la saga se retrouvent aujourd'hui sur un pied d'égalité", se réjouit le critique.

Le marketing : Baby Yoda en superstar

Grogu, alias Baby Yoda, a attendri toutes les générations de fans. (LUCASFILM)

Même si le charismatique et flegmatique Mando (Din Djarin de son vrai nom) a rapidement séduit le public, la série de Disney+ n'aurait assurément pas connu un succès si fulgurant sans son attendrissant enfant, communément baptisé Baby Yoda. "C'est une idée géniale, une trouvaille folle, s’enthousiasme le journaliste Fabrice Leclerc. J'avais des doutes au début, je me disais qu'après les Porgs de l'épisode 8, c'était tout de même un peu gros de la part de Disney de faire un Yoda enfant avec des grands yeux ronds. Finalement, il est devenu iconique d'un seul coup, comme les sabres laser ou les droïdes. Il plaît à tout le monde, les jeunes adules, les enfants, les plus anciens qui ont grandi avec Yoda... C'est lui la pépite de The Mandalorian." Du pain béni pour la firme aux grandes oreilles, qui a profité de l'emballement pour multiplier les produits dérivés à l'effigie de celui dont le vrai nom est Grogu. "Le marketing, c'est la base de Star Wars, c'est Lucas lui-même qui a inventé ça avec les figurines issues de sa première trilogie, rappelle ce spécialiste de la saga. Faire du neuf avec du vieux, ça s'est toujours vu et là, ça fonctionne à merveille. La preuve, j'adorerais qu'on m'en offre un Baby Yoda à Noël, et mon petit neveu aussi, alors qu'on a 40 ans d'écart." 

"C'est le premier vrai phénomène pop depuis des décennies"

Fabrice Leclerc

journaliste cinéma à Paris Match

Un lien entre les générations qui s'opère également grâce aux habiles petites touches de nostalgie servies aux fans historiques depuis le début de la saison 2 de The Mandalorian. "Le scénario n'est pas toujours terrible et le rythme des épisodes est assez répétitif, mais le fan service vient rattraper toutes ces faiblesses, analyse Matthieu Mondoloni, journaliste à franceinfo et co-auteur du livre et des podcasts Génération Jedi avec Baptiste Schweitzer. Quand j'ai aperçu l'armure de Boba Fett puis quand j'ai vu l'acteur (Temuera Morrison*) à la fin du premier épisode de la saison, j'étais comme un dingue. Je me dis : mais donc il n'est pas mort dans le sarlacc dans Le Retour du Jedi. Ce crossover entre tous les univers, ça marche hyper bien, ça crée une cohérence entre la série et ce qu'on a connu précédemment. C'est la recette de son succès : réunir l'ancienne et la nouvelle génération de fans."

"The Mandalorian réussit à faire ce que George Lucas lui-même n'avait pas réussi à faire avec l'épisode 1"

Matthieu Mondoloni

co-auteur de "Génération Jedi"

La suite : une saison 3 et des spin-off

À l'heure de la conclusion d'une saison 2 riche en connexions avec tous les systèmes de la galaxie lointaine, très lointaine, The Mandalorian annonce à lui seul la puissante volonté de Disney et Lucasfilm d'étendre encore plus leur empire. Lors de la présentation des projets aux investisseurs du groupe la semaine dernière, ce ne sont pas moins de dix séries qui ont d'ores et déjà été annoncées pour les années à venir, dont deux directement dérivées des aventures de Mando : Ahsoka et Rangers of The New Republic (plus une surprise à découvrir à la fin du chapitre 16 de The Mandalorian). "Il y a une volonté d'aller explorer ce qui va faire la jonction avec la postlogie, assure Sidemaul, un fan bien connu de la communauté grâce à ses vidéos sur YouTube. Toutes ses passerelles, cette envie très nette de mettre en avant l'univers étendu, c'est quelque chose qui fait énormément plaisir à tous les amoureux de Star Wars."

Au risque d'en perdre certains en vol, après cette avalanche de nouveaux titres liés à la licence ? "Trop de Star Wars peut tuer Star Wars", prévient Matthieu Mondoloni, pour qui "chaque nouveauté de la saga doit rester un événement". "Il y a un côté "folie des grandeurs" oui, le nombre de séries m'a étonné aussi, complète Fabrice Leclerc. Mais il y a aussi une vraie appétence et de l'attente de la part du public avec le succès de la série. Je ne serais d'ailleurs pas étonné de voir un jour Mando débarquer au cinéma à son tour..." En attendant, la saison 3 de The Mandalorian est déjà programmée. Mais il faudra patienter jusqu'à Noël... 2021. 

(* NDLR : Temuera Morrison incarne Jango Fett dans l'épisode 2. Son fils Boba Fett étant un clone parfait de lui-même, l'acteur néo-zélandais a repris le rôle dans The Mandalorian. Dans les premiers Star Wars, L'Empire contre-attaque et Le Retour du Jedi, Boba Fett est incarné par l'acteur britannique Jeremy Bulloch, décédé cette nuit à l'âge de 75 ans. La forte popularité de son personnage a directement inspiré la création de la série de Disney+.) 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.