Cet article date de plus de cinq ans.

"La Belle et la Bête" : la Malaisie censure "un moment gay" du film Disney

La projection du film "la Belle et la Bête" en Malaisie a été conditionnée par les autorités à la censure d'un "moment gay" présent dans la dernière création des studios Disney.
Article rédigé par
franceinfo Culture (avec AFP) - franceinfo
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Affiche du film "le Belle et la Bête" 
 (Disney)
Cette censure intervient une semaine après que la Russie a annoncé avoir interdit ce long métrage aux moins de 16 ans, à l'appel d'un député 
ultra-conservateur réclamant que le film soit banni en raison de ce "moment gay".

"Le premier moment exclusivement gay" de l'histoire de Disney

Le réalisateur du film Bill Condon a révélé récemment que la Belle et la Bête contenait "le premier moment exclusivement gay" dans l'histoire de Disney, 
même si des critiques qui l'ont vu en ont minimisé l'importance.
 
Le président du Conseil malaisien de la censure (LPF), Abdul Halim Abdul Hamid, a déclaré au quotidien The Star que le film avait été "autorisé... avec 
une censure mineure". La séquence coupée concerne un "moment gay" dans le film qui a été classé PG-13, signifiant un avertissement pour les moins de 13 ans en raison de certaines séquences qui peuvent être inappropriées, a-t-il ajouté.

Le film crée aussi la polémique à Singapour

La Belle et la Bête a également été critiqué à Singapour, pays voisin de la Malaisie, où le clergé chrétien a accusé Disney d'avoir dévié des "valeurs 
saines et dominantes". "Il est donc vivement conseillé aux parents de communiquer avec leurs enfants sur ce remake de la Belle et la Bête", a déclaré l'évêque Rennis Ponniah, président du Conseil national des églises de Singapour.
 
L'homosexualité est illégale en Malaise et à Singapour, et passible de peines de prison dans les deux pays. 

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sorties de films

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.