Cet article date de plus de dix ans.

A Cannes, pour interviewer des stars, certains médias doivent passer à la caisse

Le distributeur Alliance veut répercuter les coûts liés aux déplacements et aux frais cannois sur la presse, invitée à payer pour rencontrer les acteurs en promotion. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Brad Pitt présente le film "Killing Them Softly" à Cannes, le 22 mai 2012. (ALBERTO PIZZOLI / AFP)

Deux mille cinq cents euros pour passer vingt minutes avec Brad Pitt ? Mille euros pour la même durée en compagnie de Kristen Stewart ? A Cannes, pas de promo sur les stars en pleine promotion. La société de distribution canadienne Alliance Films a demandé à des journalistes canadiens de mettre la main au porte-monnaie pour obtenir une interview de ces stars. Une première dans l'histoire du festival. Ce procédé a indigné la profession, rapporte le site de l'hebdomadaire allemand Der Spiegel (lien en anglais).

A 125 euros la minute, Brad Pitt, venu présenter Killing Them Softly sur la Croisette, a intérêt à se montrer loquace. La liste des tarifs, publiée au début du mois par un blog canadien (lien en anglais), crée la polémique en plein festival de Cannes. Alliance, qui distribue au Canada ce film ainsi que Sur la route, dans lequel joue l'héroïne de Twilight, a décidé de faire payer les journalistes canadiens pour compenser une partie des frais liés à la luxueuse manifestation : acheminement des acteurs et de leur entourage, strass, paillettes et train de vie sur place. Der Spiegel rappelle par ailleurs que, traditionnellement, les séances d'interviews sont facturées par le producteur au distributeur.

Cette pratique, qui inquiète les professionnels des médias, pourrait pourtant s'étendre : des journalistes allemands qui souhaitaient interviewer Nicole Kidman et Matthew McConaughey, stars du film The Paperboy, ont été priés de passer à la caisse, rapporte l'hebdo.

Comment permettre à chacun de mieux s'informer ?

Participez à la consultation initiée dans le cadre du projet européen De facto sur la plateforme Make.org. Franceinfo en est le partenaire

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cinéma

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.