Cet article date de plus de neuf ans.

Mort de Georges Lautner : connaissez-vous les répliques cultes des "Tontons flingueurs" ?

Le film de Georges Lautner, "Les Tontons flingueurs", aux dialogues signés Michel Audiard, fourmille de répliques devenues culte. Florilège.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une scène des "Tontons flingeurs" en 1963, avec, de gauche à droite, Lino Ventura, Francis Blanche, Robert Dalban, Bernard Blier et Jean Lefebvre. ( SIPA)

Lulu la Nantaise, l'homme de la Pampa, les frères Volfoni, et la scène de la cuisine... Les Tontons flingueurs ont perdu leur "père", Georges Lautner, mort vendredi 22 novembre, mais son célèbre film garde une cote d'amour intacte nourrie par ses répliques culte. Alors que les 50 ans du film seront célébrés mercredi, ces petites phrases issues des dialogues de Michel Audiard n'ont pas pris une ride.

Francetv info en a sélectionné des morceaux choisis.

Les plus connues

Quand on pense aux Tontons flingueurs, immédiatement, c'est la scène de la cuisine qui se matérialise dans les esprits. De fait, dans la conversation entre Raoul Volfoni, joué par Bernard Blier, son frère, interprété par Jean Lefebvre, et Fernand Naudin, le héros du film, joué par Lino Ventura, les répliques cultes s'enchaînent :

- "Faut reconnaître.... C'est du brutal".

- "Vous avez raison, il est curieux" 

- "J'ai connu une Polonaise qu'en prenait au petit-déjeuner... Faut quand même admettre qu'c'est plutôt une boisson d'homme."

- "Vous avez beau dire, y'a pas seulement que d'la pomme, y a aut'chose...Ca serait pas des fois de la betterave?" "Si, y'en a aussi."

Pourquoi cette scène de la cuisine est aussi culte ? "C'est parce qu'on est assis avec eux, on mange avec eux, on fait nos sandwiches avec eux, on les écoute. Ce sont nos potes", a expliqué à l'AFP Philippe Durant, auteur de Audiard en toutes lettres.

Parmi les répliques les plus célèbres, il ne faut pas non plus oublier la suivante : "Les cons ça ose tout. C'est même à ça qu'on les reconnaît."

Les plus corsées

Le film a été écrit avec Georges Lautner et Albert Simonin, dont le roman Grisbi or not grisbi est le point de départ de l'histoire. Le grisbi, qui signifie l'argent en argot, est à l'origine d'une des répliques cultes : "Touche pas au grisbi salope". Elle est prononcée par Maître Folace, interpété par Francis Blanche, notaire de l'ami de Fernand Naudin.

Autre passage culte et gratiné : lorsque Lino Ventura alias Fernand Naudin s'adresse à la fille de son ami Louis le Mexicain, un gangster mourant. "Patricia mon petit, je ne voudrais pas te paraître vieux jeu ni encore moins grossier. L'homme de la Pampa parfois rude reste toujours courtois mais la vérité m'oblige à te le dire, ton Antoine commence à me les briser menu", déclame-t-il en haussant le ton à la fin de sa tirade.

Les plus exaltées

Quand Raoul Volfoni, un des frères qui a des vues sur l'héritage de Louis le Mexicain interprété par Bernard Blier, acteur phare des films de Georges Lautner, prend la parole, il s'emporte. S'en suit alors une succession de petites phrases exaltées. "Moi les dingues, j'les soigne, j'm'en vais lui faire une ordonnance, et une sévère, j'vais lui montrer qui c'est Raoul. Aux quatre coins d'Paris qu'on va l'retrouver, éparpillé par petits bouts, façon puzzle... Moi, quand on m'en fait trop, j'correctionne plus, j'dynamite, j'disperse, j'ventile", s'énerve-t-il, pour le plus grand plaisir des spectateurs.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cinéma

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.