Mort d'Anouk Aimée : Jacques Weber se souvient de son "sourire" et de "l'extrême séduction qui émanait d'elle"

Anouk Aimée est morte, mardi, à l'âge de 92 ans.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
L'acteur Jacques Weber, au mois de mai 2024. (© Pauline Roussille)

Anouk Aimée, c'est "d'abord et avant tout le sourire et l'extrême séduction qui émanait d'elle", se souvient mardi 18 juin sur franceinfo le comédien et metteur en scène Jacques Weber après la mort de la comédienne à l'âge de 92 ans. "C'était quelqu'un d'extraordinairement séduisant. Il y avait une très grande gentillesse et une très grande séduction dans sa voix."

Jacques Weber, qui a travaillé au cinéma avec Anouk Aimée dans 'Un homme et une femme : 20 ans déjà', en 1986, et au théâtre dans 'Love Letters', en 2006, garde en mémoire l'image de "quelqu'un qui avait un besoin énorme d'amitié, de reconnaissance, et en même temps qui se cachait littéralement dans ses appartements à Montmartre, entourée de dizaines de chats", une comédienne "très solitaire et en même temps d'extrêmement avenante". "C'était très agréable de jouer avec elle", confie le comédien.

Jouer dans 'Un homme et une femme : 20 ans déjà', en 1986, "c'était magnifique pour moi", se remémore Jacques Weber. "Non seulement c'est une femme merveilleusement agréable à écouter, à regarder, qui était extrêmement fine, mais elle représentait tout un passé inouï qu'elle avait beaucoup de plaisir à évoquer. Quand elle vous parlait de Demy, de Fellini, de Mastroianni, d'Albert Finey, j'étais complètement abasourdi, bouleversé. C'était très touchant."

Pour Jacques Weber, il faut revoir les films d'Anouk Aimée, "recourir voir naturellement la Dolce Vita, Lola, qui est un chef-d'œuvre absolu où elle est absolument divine". Et il conseille "bien sûr, 'Un homme et une femme' qui est entre le cinéma d'auteur et le cinéma très grand public, c'est formidable. C'est des choses qu'il faut revoir".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.