Mag Bodard , productrice emblématique du cinéma français, est morte à 103 ans

Productrice des "Demoiselles de Rochefort" de Jacques Demy, de Jean-Luc Godard à Maurice Pialat, en passant par Alain Resnais, Mag Bodard, est décédée mardi 26 février à l'âge de 103 ans, a annoncé jeudi son associé Alain Bessaudou.

Le metteur en scene Andre Delvaux et la productrice Mag Bodard (1972)
Le metteur en scene Andre Delvaux et la productrice Mag Bodard (1972) (UNIVERSAL PHOTO/SIPA)
Parmi les dizaines de films produits par cette pionnière, beaucoup font aujourd'hui partie du panthéon du 7e Art.

"Reine des productrices françaises"

Figure phare de la production en France, elle a collaboré avec Jacques Demy ("Peau d'âne), Jean-Luc Godard ("La Chinoise"), Maurice Pialat ("L'enfance nue") ou encore Robert Bresson ("Au hasard Balthazar") au cours d'une riche carrière au cinéma. Elle s’est ensuite investie dans la télévision, où elle a accompagné les téléfilms de Nina Companeez, dont le célèbre "Les dames de la côte".

L'annonce de son décès a suscité de nombreuses réactions dont celle de Gilles Jacob, l'ancien président du Festival de Cannes.

Mag Bodard, la reine des productrices françaises, avait une taille menue, une douceur de fer, et 103 ans,

 a-t-il écrit sur Twitter.

Goût et instinct - charme et intelligence. Femme d'exception,

a salué de son côté l'écrivain, cinéaste et journaliste Philippe Labro.

"Je ne ferai que ce que je veux"

Née en 1916 en Italie, Mag (pour Marguerite) arrive en France, enfant. Jeune femme en couple avec le journaliste Lucien Bodard, elle part en Indochine avec lui pendant plusieurs années et se destine alors plutôt au monde de la presse. Au magazine Elle, où elle travailla ensuite, elle croise la route du patron de presse Pierre Lazareff, qui deviendra son compagnon.

"Comme je voulais faire de l'image, j'ai décidé de devenir productrice. J'ai fait un premier film qui a été un ratage complet et après j'ai dit ‘je ne ferai que ce que je veux’. Et j'ai vu ‘Lola’ de Jacques Demy", expliquait Mag Bodard, qui va ensuite produire "Les Parapluies de Cherbourg", Palme d'or à Cannes en 1964.

Au cours de sa longue carrière, cette femme élégante va accompagner de grands noms du cinéma pendant les années 60 et 70, avant de se tourner vers la télévision. Elle avait cessé ses activités professionnelles il y a une dizaine d'années, a confié son entourage.

Elle sera enterrée mardi matin en l'église Saint Jean-Baptiste à Neuilly, où elle résidait.