Vidéo Accusations de viol contre Luc Besson : Sand Van Roy "regrette d’avoir porté plainte en France, car ce pays ne protège pas les victimes des gens connus"

Publié Mis à jour
Complément d'enquête. Accusations de viol contre Luc Besson :  Sand Van Troy "regrette d’avoir porté plainte en France, ce pays ne protège pas les victimes des gens connus"

Sa parole est rare, et c'est la première fois qu'elle accorde une longue interview sur un plateau de télévision. Trois ans après sa plainte pour viol contre Luc Besson, l'actrice Sand Van Roy s'exprime dans "Complément d'enquête".

Sa plainte pour viol contre Luc Besson est toujours à l'instruction, et le parquet a requis un non-lieu en octobre 2021. Mais l'actrice belgo-néerlandaise Sand Van Roy ne va "rien lâcher", affirme-t-elle dans "Complément d'enquête". Le jeudi 11 novembre 2021, après un document consacré aux accusations de viol contre le réalisateur Roman Polanski, c'est donc d'un autre géant du cinéma français qu'il est question dans cette interview exceptionnelle.

Luc Besson, qui dément formellement toute agression, a depuis été accusé de gestes déplacés, voire d'agressions sexuelles par huit autres actrices (leur témoignage a été publié par Mediapart). Après être revenue sur les circonstances des faits qu'elle dénonce depuis mai 2018, la comédienne, interrogée par Tristan Waleckx, exprime ses griefs contre la justice française.

"Cette plainte a complètement brisé ma vie"

"Cette plainte a complètement brisé ma vie", confie l'actrice. Sand Van Roy "regrette d'avoir porté plainte en France, parce que ce pays ne protège pas les victimes des gens connus". Durant l’enquête, le réalisateur n’a ainsi jamais été placé en garde à vue, contrairement à ce qui avait été demandé au début des investigations, et son ADN n’aura pas été prélevé avant plusieurs années. Et ce "dans une affaire de viol où la matérialité des faits est contestée", s'étonne-t-elle. Elle-même a dû subir plusieurs expertises psychiatriques? "mais pas Luc Besson", dénonce-t-elle. Certaines pièces attestant de sa "dépression" et de son "stress post-traumatique", établis par des médecins, n'ont pas été versées au dossier par la juge d'instruction, regrette-t-elle également.

"Blacklistée" à cause de "l'affaire Besson"

Quant à sa carrière de comédienne, elle aurait été stoppée net par cette plainte. "En France, j'ai eu un seul casting [en trois ans]. Je venais de tourner Taxi, alors je passais pas mal de castings, j'avais un bon agent, tout était bien… Et depuis, ça s'est arrêté." Un producteur contacté par "Complément d'enquête", qui devait lui confier un rôle à l'époque, confirme que le projet aurait été interrompu à cause de "l'affaire Besson." 

"Lorsque son nom est sorti, [elle a été] blacklistée, c'est-à-dire que les gens ne voulaient plus l'engager."

Un producteur interrogé par "Complément d'enquête"

Si c'était à refaire, porterait-elle plainte de nouveau ? "Pas en France. Pas dans un pays qui m'a maltraitée, qui m'a surtraumatisée", répond l'actrice, catégorique, en annonçant son intention de "confronter les gens qui ont fait des bêtises judiciaires".

Extrait d'une interview diffusée dans "Complément d'enquête" le 11 novembre 2021.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.